“Le travail dans tous ses états”. Podcast Avec Gwenaële Rot

Nouvel épisode du podcast Objets Trouvés du CSO de SciencesPo

Depuis trente ans, Gwenaële Rot, professeure des universités en sociologie à Sciences Po, étudie le travail sous toutes ses formes. Elle a débuté ses recherches par l’industrie automobile, prototype du « taylorisme” qui a fasciné tant de générations de sociologues. 
Elle s’est ensuite intéressée aux industries de flux (pétrochimie, nucléaire), où le travailleur n’agit pas directement sur la matière, mais surveille à distance les installations pour parer à tout dysfonctionnement. 
Férue de cinéma, elle a aussi étudié l’organisation des tournages, où se déploient et se confrontent une multitude de professionnels : repéreurs, décorateurs, équipes lumière, son, scripts, etc.
Son dernier ouvrage porte sur les chantiers de tous types (bâtiment, construction navale, mais aussi archéologie, foresterie). Dans ce cadre, elle s’est personnellement intéressée au percement des nouvelles lignes de métro en Ile-de-France. Sur ces chantiers gigantesques et très techniques perdurent aussi des traditions ancestrales comme la fête la Sainte-Barbe, la patronne des mineurs.

Ecole d’été de la Fedrha

Le formulaire d’inscription pour l’École d’été franco-canadienne « Mobilités et réalité virtuelle : au-delà du réel? » à Marseille, France, est désormais disponible !

Cette école d’été est pluridisciplinaire et ouverte aux doctorant.e.s, post-
doctorant.e.s et chercheur.e.s en début de carrière en Sciences Humaines et
Sociales, Sciences Technologiques et Sciences de l’Ingénieur ainsi qu’en
Sciences de la Réadaptation.

Au programme : ateliers, démonstrations et manipulations technologiques, visites de laboratoires, travail et réflexion en équipe, activités sociales et de réseautage, et plus encore!

Voici quelques détails sur l’événement :

  1. Quand : lundi le 27 mai au jeudi 30 mai
  2. : Faculté des Sciences du Sport, Campus de Luminy, Aix Marseille Université, Marseille, France
  3. Public cible : étudiant.es 3e cycle, stagiaires post-doc, jeunes chercheur.ses

4. Objectif: L’objectif de cette École d’été est d’explorer le potentiel des réalités étendues (réalité virtuelle, réalité augmentée, réalité mixte ) dans la récupération de la mobilité. Nous examinerons leur efficacité thérapeutique ainsi que leurs réponses aux enjeux sociétaux de restriction de participation. Au niveau individuel, nous étudierons leur capacité à répondre aux limitations d’autonomie de déplacement et leur valeur écologique. Nous étudierons également les acquisitions motrices et les stimulations sensorielles qu’ils peuvent fournir pour favoriser la mobilité, ainsi que les acquisitions cognitives et les motivations psychologiques qu’ils soutiennent dans ce contexte.

5. Programmation : Ateliers, démonstrations et manipulations technologiques, visites de laboratoires, conférencier international, travail et réflexion en équipe, activités sociales et de réseautage, et plus encore

6. Langue d’usage : Le français sera utilisé comme langue principale (notamment pour les présentations lors des ateliers). Toutefois, le travail en équipe, le réseautage et les activités sociales seront bilingues.

Étant donné que le nombre de places est limité, nous vous encourageons à
compléter le formulaire sans tarder afin de garantir votre participation. Les
confirmations seront envoyées par mail au cours de la deuxième semaine
d’avril. Veuillez noter que la sélection des participant.e.s se fera en
fonction de vos motivations principales à participer à cette école d’été,
ainsi que de vos domaines d’activités.

Vous pouvez trouver des informations sur le programme prévisionnel en suivant
ce lien.

Vous avez jusqu’au mercredi 10 avril à minuit pour compléter le formulaire en
ligne pour vous signifier votre intérêt à participer à l’événement.

Pour les participants canadiens, les co-organisateurs, le regroupement INTER
et le REPAR vont assumer la totalité des frais des participant.e.s du Québec
membres de leurs organisations. Pour tous les participants français, les
organisateurs de l’école et leurs partenaires prendront en charge les frais de
l’école, y compris l’hébergement, les repas et les activités. Seuls les frais
de déplacement demeureront à la charge exclusive des participants.

Appel à articles pour le numéro 19 de la revue Images du travail, travail des images

Sol, sous-sol, hors-sol : terrains d’observation du travail

Très longtemps confiné aux sciences du vivant, à l’agronomie ou bien sûr à la science spécialisée de  la pédologie, le sol est un objet dont les sciences sociales francophones se sont emparées depuis  quelques années (Meulemans & Granjou, 2020). Cet intérêt s’est trouvé renforcé par le développement  des travaux sociologiques autour de la question écologique, étayant l’idée que le sol constitue « une  nouvelle frontière d’exploration et de connaissances » (Sugden, Stone & Ash, 2004). Les évolutions  observables dans ce cadre portent autant sur les pratiques professionnelles en lien direct avec l’usage  des sols que sur les méthodes visant à les analyser, par exemple en matière de cartographie des sols transformée par les évolutions technologiques du numérique (Kon Kam King, 2020). Par ailleurs, les  enjeux écologiques tout autant qu’économiques1 autour de la « gestion » au sens large des sols et des  sous-sols ont accentué les dimensions politiques voire géopolitiques de ces sujets. Désormais investis  par l’action politique (Fournil et alii, 2018) ou militante mais aussi par le travail juridique, sol et sous-sol  conduisent à penser et produire à l’échelle des territoires nationaux2 ou internationaux des normes 

porteuses de fortes transformations professionnelles. Enfin, on assiste à une réévaluation de la  dimension anthropologique des sols, notamment avec l’intégration en 2006 de la catégorie de « technosols » dans le système de classification des sols de l’Organisation des Nations unies pour  l’alimentation et l’agriculture ou les débats pour apparenter les activités humaines à la production même  des sols (Meulemans & Tondeur, 2022). Le développement des pratiques d’humusation (transformation  du corps en humus) participe également d’une perception renouvelée des relations entre êtres humains,  plantes, animaux, eaux et sols rejoignant les idées d’une « éthique de la terre » (Leopold, 1949). 

Le prochain projet de la revue Images du travail, Travail des Images propose d’éprouver les  transformations actuelles des sols et des sous-sols à l’aune des questions du travail (entendu dans son  sens le plus large) et des différentes représentations visuelles auxquelles celui-ci peut donner lieu. Si  le sujet du sol et du sous-sol permet d’envisager les évolutions de métiers traditionnels comme ceux de  l’agriculture ou de la mine, ou encore de l’archéologie il ouvre aussi sur de nouvelles activités – qu’elles  soient professionnelles (création de sols fertiles à partir de matériaux recyclés par exemple), citoyennes 

ou militantes – et permet une décentration du regard sur le travail qu’il conviendra de prendre en compte.  La place du sol dans les représentations du travail montre des formes variables du rapport humain au  sol ; tantôt il s’agit de fouler le sol, d’être en appui, de l’excaver ou d’en prendre possession, tantôt il  s’agit d’en exposer la force majestueuse (au moyen de prises de vue aériennes) mais aussi la menace.  Dans certaines configurations le sol est souffrant, dégradé et fragile. On ajoutera qu’à une iconographie  déjà riche et diversifiée, sont venues s’ajouter d’autres images permises par des techniques  d’exploration ou de visualisation qui modifient vision et connaissances des sols. Ainsi, les pratiques  professionnelles des géomètres évoluent désormais avec l’apport de clichés produits par des drones.  Ceci justifie d’ailleurs l’introduction dans le projet de l’idée du « hors sol » comme une dimension à part  entière de l’analyse : si l’on songe aux géoglyphes de Nazca, il faut préalablement le survol la zone en  avion P. Kosok pour en initier l’étude. Il s’agira donc d’explorer dans quelle mesure les images associées  aux sols et aux sous-sols dans diverses activités humaines et contextes sociaux rendent compte ou non  de rapports renouvelés au sol. On pourrait également envisager d’étendre la réflexion à la question du sol « au travail » en s’attachant aux nombreuses activités non humaines qui le rendent vivant et aux  manières de les saisir (comme l’a abordé par exemple le projet collaboratif Matsutake Worlds).  

Compte tenu de la diversité des activités qui convoquent les sols et les sous-sols, nous proposons trois  axes autour desquels pourraient s’organiser les contributions.  

Axe 1 : Collaborations, protection, re-valorisation 

Au titre des nouveaux rapports au sol, la protection ou la conservation des sols se trouve affirmée et  affichée aussi bien dans les pratiques professionnelle agro-responsables que dans les pratiques  citoyennes, militantes, voire éducatives. À l’instar des savoirs et méthodes de production étudiés par  l’ethno-pédologie (Rakoto Ramiarantsoa, & Nicolas Lemoigne, 2019), l’usage du sol semble mobiliser  particulièrement les sens (toucher la terre, observer la couleur du sol, sentir l’odeur du compost). Dès  lors, comment les images peuvent-elles figurer ce travail d’exploration et de soin : quels sont les  environnements choisis, les éléments naturels présents dans le décor, les postures adoptées, les outils exposés ? Ce répertoire d’action réunissant à la fois des engagements ruraux et urbains, voit-on des  différences de représentation dans les manières de faire ou les rapports au sol entre professionnels et  non-professionnels ? Les questions de plaisir ou de jeu évoquées dans le cadre du compostage  (Granjou et alii, 2020) sont-elles manifestes dans les opérations d’entretien ou de sauvegarde des sols ?  L’idée du sol comme bien commun développée se traduit-elle spécifiquement par une représentation  collective des activités ? Par ailleurs, de nouveaux métiers émergent à la faveur de recherches sur les  « technosols » et des stratégies visant à ne pas urbaniser davantage de sols agricoles (Leyval, 2018).  Ces nouvelles formes de sols engagent une multiplicité d’acteurs professionnels (biologistes,  agronomes, forestiers, professionnels du bâtiment, etc.) et provoquent des usages sociaux et  professionnels (écopâturage, agriculture urbaine) dont l’iconographie déjà foisonnante pourrait être  analysée. On pourra également aborder ici la manière dont certaines pratiques agricoles ou  d’exploitation forestière évoluent dans une ambition de protection des sols en alliant savoirs  traditionnels, technologies.  

Axe 2 : Exploitations, compétition 

Cet axe pourrait traiter des questions du sous-sol, du travail de la mine à sa reconversion, des activités  de construction d’infrastructures de transports souterrains (dans le cadre de grands projets urbains  comme celui du Grand Paris Express), des activités d’enfouissement de déchets radioactifs à la  surveillance et mise en sécurité des anciens sites miniers, de la connaissance des différentes pollutions. 

Plus largement, pourraient être évoquées ici les différentes activités relatives au traitement des déchets  qui soulignent la double exploitation des travailleurs et des sols mais qui traduisent aussi l’évolution de  l’ordure comme une nouvelle ressource (Cavé, 2020). Par ailleurs, une attention pourrait être portée à  la documentation des lieux d’exploitation ou de pollutions qui donne matière à une visualisation de ces  enjeux (carte de la pollution éternelle, carte des conflits environnementaux liés à l’exploitation du sous 

sol) et alimente le travail de justice environnementale. Cela pourrait être également l’occasion de  comprendre les liens entre sols et sous-sols, comme les effondrements d’habitations après abandon des mines, les installations au jour dynamitées alors que survivent les galeries souterraines, la  muséification des sites… donnant naissance à d’autres formes de travail. Dans toutes ces situations, et  d’autres, l’image (cartographique, picturale, photographique, filmique …) est un outil majeur pour une  variété de métiers. On pourra aussi documenter les rites autour de ces activités du sous-sol,  particulièrement accidentogènes (fête de la Sainte Barbe hier chez les mineurs et aujourd’hui chez les  ouvriers du Grand Paris Express ; rituels autour du Tio dans les mines de Bolivie (Asbi, 2004). 

Axe 3 : Explorations, révélation, sublimation, transformation 

Cet axe pourra réunir un large éventail de situations où s’opère un double mouvement de « révélation »,  d’une part lorsque les sols livrent les traces d’une activité humaine mise à jour par les archéologues,  les historiens, les pédologues ou encore par certains pratiquants de l’urbex, d’autre part lorsque le travail  scientifique aussi bien que l’activité artistique ou le geste militant contribue à montrer la valeur  essentielle des sols. Quelles sont les représentations en situation de travail des différentes disciplines  scientifiques directement intéressées par les sols ou les sous-sols, comment les professionnels de ces  disciplines utilisent-ils les images dans leurs différentes activités ou quelles images produisent-ils en  vue d’affiner la connaissance scientifique ou d’enrôler plus largement les pouvoirs publics ou les acteurs  sociaux à la préservation des sols ? Par exemple, depuis l’Antiquité, le travail minier a suscité des  représentations artistiques sur tous les continents, suivant en cela les innovations de supports au fil des  siècles (gravures rupestres, bas-relief, sculptures, lithographies, peintures, photographies, affiches, 

films, productions numériques…). On pense ici par exemple à la démarche de l’archéologie apparentée  par Leroi-Gourhan à un travail « d’archive du sol » qui a donné lieu en 2022 à une exposition des  Archives nationales du monde du travail « Du cœur à l’ouvrage : dans l’intimité des archéologues », au  travail de pédothèque du conservatoire européen des sols ou encore à des opérations telles que  l’initiative « 4 pour 1000 » conduite par des chercheurs de l’Inrae. Enfin, un abondant corpus d’œuvres  utilise les éléments du sol, représente le sol ou les choses au sol, adopte à dessein le cadre naturel 

comme lieu d’exposition, mobilise le spectateur sur les chemins, ou propose une œuvre-paysage. Le Land Art et dans une certaine mesure l’Arte Povera se distinguent en tant que mouvements au sein de  l’art contemporain mais de nombreuses autres pratiques esthétiques actuelles – qu’elles se  revendiquent ou non de l’art écologique – peuvent aussi être interrogées, notamment dans les relations  qu’elles construisent avec les disciplines des sciences humaines et sociales.  

¤¤¤ 

Les propositions de contributions pourront émaner des différentes sciences sociales qui alimentent la  revue : ethnologie, archéologie, géologie, histoire, histoire de l’art, sociologie mais le projet trouvera un  réel bénéfice à réunir les contributions de géographes bien sûr, de pédologues ou spécialistes de  cartographie ; mieux encore il pourra être une occasion de faire discuter les chercheurs de manière  pluridisciplinaire.  

Les articles attendus reposeront sur l’analyse d’un corpus d’images (productions iconographiques). Ces  images devront être reproduites dans l’article. Rappelons que Images du travail, Travail des images est  une revue scientifique entièrement numérique, gratuite et ouverte. L’auteur devra à ce titre s’assurer de  la disposition des droits d’utilisation et de diffusion des images mobilisées dans le texte. Les articles  sont d’un format de 30 000 à 50 000 signes maximum. Dans un premier temps, sont attendues des 

propositions d’articles, soit un texte d’intention de 3000 à 5000 signes avec une sélection  d’images significatives et quelques références bibliographiques

Les propositions d’article devront parvenir à la rédaction de la revue avant le 27 mai 2024 Le numéro est prévu pour septembre 2025 

Contacts pour toutes informations complémentaires et pour l’envoi des documents : Dominique Maillard, dominique.maillard@cereq.fr 

Nadège Mariotti, nadege.mariotti@univ-lorraine.fr 

Gwenaele Rot, gwenaele.rot@sciencespo.fr 

La revue Image du travail, Travail des images : imagesdutravail@gmail.com 

Références bibliographiques (indicatives) 

Absi P. (2004). Le diable et les prolétaires, le travail dans les mines de Potosi, Bolivie, Sociologie du  travail, https://doi.org/10.4000/sdt.29349 

Barrocca B. (dir), Penser la ville et agir par le souterrain, Paris, Presses des Ponts 2014, p.143-159. Barbier, M.N. (1956). Les mines et les arts à travers les âges, Paris : Ateliers ICA. 

Cavé, J. (2020). La ruée vers l’ordure. Conflits dans les mines urbaines de déchets, Rennes : Presses  universitaires de Rennes.  

Allens (d.), G.& Andrea Fuori, A. (2017). Bure, la bataille du nucléaire, Paris : Seuil, Reporterre, 2017. 

Désabres, P. (2005) Des hommes au travail. Les photographies du chantier du métro de Paris de 1898  aux années 1920. Dans : Le travail en représentations. Actes du 127e Congrès national des sociétés 

historiques et scientifiques, « Le travail et les hommes », Nancy, 2002. Paris : Éditions du CTHS, p. 95- 107. 

Dudal, R. (2005). The sixth factor of soil formation. Eurasian Soil Science. 38. 

Fournil J., Kon Kam King J., Granjou C. & Cécillon L. (2018). Le sol : enquête sur les mécanismes de  (non) émergence d’un problème public environnemental VertigO – la revue électronique en sciences de  l’environnement. Volume 18, numéro 2, septembre 2018. https://doi.org/10.4000/vertigo.20433  

Granjou, C., Higgin, M. & Mounet, C. (2020). Le compostage, entre réduction des déchets et  domestication du pourrissement, Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 14-4 | 2020, mis  en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 22 janvier 2024. URL :  http://journals.openedition.org/rac/11873 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rac.11873 

Glinel Charlotte (2022), « Les forêts vues du ciel L’appropriation militante des dispositifs de visualisation  aérienne dans une controverse canadienne forestière autour du glyphosate », Revue d’anthropologie  es connaissances, vol. 16-3. 

Grimaud, G. (2013). «Archéologie et ventriloquie. Jeux de chaises et de choses au bord d’une tranchée  archéologique », Gradhiva 18 : 200-233. DOI : 10.4000/gradhiva.2750 

Kalifa D. (2013), Les Bas-Fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris : Seuil.  

Kon Kam King, J. (2020). Le dessous des cartes, Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne],  14-4 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 06 janvier 2024. URL :  http://journals.openedition.org/rac/6244 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rac.6244  

Leopold, A. [1949] (1995). Almanach d’un comté des sables. Paris : Aubier.  

Leyval, C. (2018). Après la remédiation, le double enjeu de la restauration et de la requalification des  sols. Annales des Mines – Responsabilité et environnement, 91, 82-85.  https://doi.org/10.3917/re1.091.0082 

Meulemans, G. & Granjou, C. (2020). Les sols, nouvelle frontière pour les savoirs et les politiques de  l’environnement, Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 14-4 | 2020, mis en ligne le 01  décembre 2020, consulté le 17 janvier 2024. URL : http://journals.openedition.org/rac/14027 ; DOI :  https://doi.org/10.4000/rac.14027 

Meulemans, G. & Tondeur, A. (2022). Correspondances interdisciplinaires : une recherche-création sur  les sols urbains entre anthropologie, écologie et art », Tracés. Revue de Sciences humaines, 22, 117- 138. 

Meulemans, G. (2018). Des hommes qui creusent : suivre le sol en pédologie. Dans L. Mariani and C.  Plancke [éds.] (D)écrire les affects, Paris : Petra. 

France culture, Les pieds sur terre https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/les-pieds-sur terre/la-champignonniere-de-roches-l-eveque-8685506 

Rakoto Ramiarantsoa, H. & Lemoigne, N. (2019). La terre est chair, les roches grossissent » : gérer la  vie là où elle se trouve. Pour une ethno-pédologie des savoirs paysans, ELOHI [En ligne], 5-6 | 2014,  mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/elohi/747 ;  DOI : 10.4000/elohi.747.  

Rosini, P. (2020). La mémoire lacunaire du nucléaire. Transmission des savoirs lors d’opérations de  démantèlement et de reprise des déchets anciens, Socio Anthropologie, v° 40, https://journals.openedition.org/socio-anthropologie/7617 

Rot, G. (dir.) (2023). Travailler aux chantiers, Paris : Hermann.  

Sugden, A., Stone, R. & Ash, C. (eds.) (2004). Special Issue: Soils—The Final Frontier. Science,  304(5677).

Torterat, G. (2021) Suivre une trace, ressentir une ambiance, Techniques & Culture [En ligne],  75 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 31 janvier 2024. URL :  http://journals.openedition.org/tc/15630 

Vivre sans produire. L’insoutenable légèreté des penseurs du vivant

Vincent Rigoulet et Alexandra Bidet

Comment sauver le vivant, nous compris ? En s’y reconnectant, clame une mouvance d’auteurs généreusement relayés par les médias. Or ces appels à repenser les liens entre humains et non-humains puisent dans un fond ancien, reconnaissable à sa stigmatisation de la science et de la production, désignés coupables de la catastrophe écologique en cours. 

Il suffirait alors de s’en détourner pour remédier aux maux de notre Modernité. Par l’examen de trois cas, les auteurs montrent les impasses, voire les dérives de tels discours et la nécessité d’en prendre le contre-pied.

La question du bien produire devient cardinale. Notre survie suppose d’enquêter sur les conditions permettant non seulement de préserver la biosphère, mais aussi de développer nos capacités afin de mener des vies véritablement humaines. Quels désirs et activités durables peut-on infiniment cultiver à l’intérieur des limites planétaires ?

Rencontres du CMH

Vivre sans produire. L’insoutenable légèreté des penseurs du vivant

Alexandra Bidet présentera l’ouvrage.

Il sera ensuite discuté par :

Manuel Boutet (maître de conférences, Université
Côte d’Azur), L’usage des techniques de biocontrôle
dans l’agriculture.


Anne Gagnant de Weck (enseignante vacataire à
Sciences Po Lille), L’écologie dans les rapports
entre proches.


Théo Martin (post-doc, INRAE Montpellier),
Transformations du travail et machinisme en
élevage.


Florence Weber (professeur des Universités,
ENS), Comment repenser la division du travail et à
quelle échelle spatiale ?

Mercredi 3 avril, 15h-18h
ENS, 48 bd Jourdan, 75014 Paris, Salle R2-02
Ouvert à tous sur inscription préalable : rencontrescmh@gmail.com

Les activités de thèse de Camille Girard-Chanudet

La justice algorithmique en chantier : sociologie du travail et des infrastructures de l’intelligence artificielle

Le RT 23 demande à des chercheurs et à des chercheuses ayant récemment soutenu une thèse en sociologie, ou dans des champs disciplinaires proches, de présenter leur rapport aux « activités ». Ils décrivent la façon dont le travail « en acte », le geste technique, l’engagement corporel ou les choix de gestion ont été abordés dans leur thèse et évoquent l’activité propre de leur travail de recherche.

1.   Comment en êtes-vous arrivé(e) à travailler sur ce sujet en thèse ?

2014 : commercialisation d’Alexa, assistant personnel automatique d’Amazon. 2015 : diffusion par Google de la première version de son outil de reconnaissance faciale. 2016 : victoire d’Alpha Go, outil conçu par Deep Mind, sur le tenant du titre mondial de Go, Lee Sedol. 2018 : partenariat de Google et le département de défense étasunien pour la reconnaissance d’images captées par drones…

La période pendant laquelle je m’oriente vers la recherche en sociologie, après une formation antérieure en politiques publiques à Sciences Po, est marquée par l’effervescence entourant les succès fortement médiatisés des techniques d’ « intelligence artificielle » (IA). Je suis intriguée par ce qui se passe en coulisses du développement de ces dispositifs techniques, souvent présentés comme des objets autonomes et immatériels, quasi magiques.

J’appréhende dans un premier temps ce sujet par le prisme des données numériques qui servent de fondement à l’apprentissage automatique. Je soutiens ainsi en 2019 à l’EHESS un mémoire traitant des dynamiques de façonnage et de collecte des données personnelles sur les grandes plateformes du web. Un terrain mené sur le site de rencontres OkCupid me permet de comprendre l’importance du cadrage opéré par la plateforme dans la construction des données. Loin de l’image de neutralité qui leur est souvent associée, celles-ci apparaissent comme le fruit des opérations de cadrage opérées en back-office par les dispositifs techniques de collecte et de structuration de l’information, et par les dispositifs de cadrage des comportements des utilisateur·trices mis en place sur les interfaces. Je ressors toutefois de ce terrain avec une frustration : mon enquête s’était heurtée aux stratégies d’opacification de l’entreprise, et je n’avais pu traiter qu’à la marge de la question des usages algorithmiques des données massives dont j’avais observé la constitution.

Dès lors, ma thèse s’inscrit au croisement d’un objectif double : d’une part, m’approcher davantage du travail de conception des dispositifs d’IA, pour étudier les enjeux politiques associés à la « fabrique algorithmique ». Et, d’autre part, renouer avec un terrain plus proche des administrations publiques, celles-ci s’engageant à cette époque dans de nombreuses expérimentations algorithmiques. Ces deux envies conjointes m’orientent progressivement vers le terrain de la justice.

Le moment où je construis le projet de cette thèse constitue en effet une étape très particulière pour le développement de l’IA juridique. Dans le sillage de la loi pour une République numérique, votée en 2016 et actant le principe de mise en open data des 4 millions de décisions de justice produites annuellement par le système judiciaire français, plusieurs start-ups voient le jour autour d’une ambition : celle de traiter à l’aide d’algorithmes d’apprentissage automatique cette manne de données, considérée comme un nouvel « or noir ». Ces outils, qualifiés de « justice prédictive », attirent la curiosité d’une certaine portion du monde de la justice. À partir de 2018, avec l’aide de programmes de financement liés au monde de la modernisation publique, certaines institutions judiciaires comme le Ministère et les cours suprêmes s’engagent à leur tour dans la conception en interne d’outils d’IA expérimentaux. On voit donc se structurer autour de ces outils, au moment où je débute cette thèse, des réseaux hybrides d’acteurs, proches à la fois de l’entrepreneuriat, de l’innovation ou de la modernisation de la justice, qui participent activement au développement de l’IA juridique. Ces développements suscitent également beaucoup de craintes et de réticences, au sein du monde de la justice et au-delà. Cet espace en structuration, ainsi que les enjeux qui le traversent, constituent le point de départ de ma thèse.

2.   Comment avez-vous constitué votre matériau ? À travers quelles méthodes l’avez-vous exploité ?

L’enquête de terrain de cette thèse a débuté à l’automne 2019, d’abord par entretiens et collecte de matériau documentaire. Mon objectif était de circuler au sein des différents mondes professionnels associés au développement de l’IA juridique : start-ups de la legal tech, magistrature, avocature, modernisation de l’action publique, édition juridique, assurance, etc. J’ai réalisé dans cette phase de l’enquête une cinquantaine d’entretiens, associée à la collecte de plusieurs corpus de documents rassemblant articles de presse, littérature grise, transcriptions de discours politique, supports de communication des entreprises ou encore documents de travail. J’ai également, en parallèle, réalisé des observations ponctuelles dans différents forums : au Rendez-vous des transformations du droit, grand-messe de l’innovation numérique juridique ; lors de  Meet-ups et conférences organisés par des start-ups et par les acteurs de la modernisation de l’action publique comme la DINUM et Etalab ; et au sein de groupes de travail d’Open Law, association de promotion de la numérisation du droit.

Pendant toute cette première phase de l’enquête, je gardais en tête mon objectif de départ : documenter l’IA « en train de se faire », et donc accéder aux espaces de conception où sont opérés les choix de cadrage des outils. J’étais ainsi engagée, en parallèle, dans la recherche d’un terrain d’observation ethnographique. Ce n’est qu’après plusieurs mois de négociation avec différents acteurs du domaine (start-ups, ministère de la Justice, Cour suprême) que j’ai finalement conclu un accord avec la Cour de Cassation. La juridiction suprême était engagée dans la conception en interne d’un outil de pseudonymisation par IA des décisions de justice en vue de leur mise en open data, dont j’ai pu suivre les développements entre janvier et juin 2021. Cet accord m’a donné accès à un terrain singulier, puisque dans une même aile du palais de justice de l’Ile de la Cité sont réunis l’ensemble des acteurs de la fabrique algorithmique: magistrat·es, développeur·es, designeur·ses, data scientists mais aussi une vingtaine d’annotateur·ices, dont j’ai suivi au quotidien les activités par observations ethnographiques et entretiens.

Clarote & AI4Media / Better Images of AI / AI Mural / CC-BY 4.0

3.   En quoi une dimension « activité » est-elle présente ou structurante dans votre travail de thèse ?

Cette recherche vise à ouvrir la boite noire algorithmique en entrant dans les espaces de conception de l’IA, pour documenter et analyser les effets de l’activité des multiples acteurs participant à la production de ces dispositifs. Loin de l’image d’immatérialité désincarnée qui leur est souvent associée, les dispositifs d’IA dépendent en effet de la mise en place et de l’entretien d’infrastructures matérielles conséquentes (data centers, serveurs, bases de données, connectique…), ainsi que d’opérations continues d’entrainement, de correction et de surveillance des modèles algorithmiques. Ces activités mobilisent de nombreux·ses professionnel·les, dont les pratiques et (micro)choix façonnent, progressivement, les dispositifs algorithmiques.

Les outils méthodologiques et analytiques de la sociologie de l’activité m’ont été précieux pour faire sens de ces dynamiques de conception de l’IA. J’ai ainsi analysé la fabrique algorithmique comme un « arc de travail » au sens d’Anselm Strauss, constitué de plusieurs segments au sein desquels prend progressivement corps le dispositif algorithmique :

  • Premièrement, la structuration des bases de données d’entrainement de l’IA : les décisions de justice sur lesquels sont entrainés les modèles sont des actes administratifs fortement imbriqués dans le fonctionnement des institutions judiciaires. Instaurer ces documents, encore souvent conservés au format papier dans des classeurs au sein des services de greffe, en données de l’IA suppose de les extraire de ces agencements afin de procéder à leur centralisation, numérisation et standardisation.
  • Deuxièmement, la conception d’un système de catégories d’éléments que l’IA a vocation à identifier de façon automatisée dans les décisions : cette activité est prise en charge, à la Cour de Cassation, par des groupes de magistrats à forte légitimité juridique.
  • Troisièmement, l’annotation manuelle des données d’entrainement : tâche fastidieuse, mais cruciale, celle-ci est prise en charge par des annotatrices labellisant quotidiennement plusieurs dizaines de décisions de justice, pour apprendre à la machine à reconnaitre les termes identifiants contenus dans les décisions et corriger les erreurs que celle-ci produit. Elles jouent en quelque sorte un rôle de « formatrices » du modèle algorithmique.
  • Quatrièmement, l’automatisation algorithmique : prise en charge par les data scientists, celle-ci consiste à insérer les données d’entrainement dans des modèles d’apprentissage automatique existants et à en faire varier les paramètres dans l’objectif d’aboutir empiriquement à la solution optimale.

L’ensemble de ces activités conduit à façonner, progressivement, le cadre informationnel et conceptuel que les traitements algorithmiques ne feront que reproduire. Le prisme de l’activité et l’attention aux relations entre ces différentes portions de l’arc permettent de constater l’absence de linéarité de cet arc de travail. Des allers-retours permanents se produisent entre ces différents maillons de la chaine de production, au gré des doutes, des enquêtes et des choix qui la jalonnent.

Le suivi des activités menées dans l’arc de travail de l’IA m’intéresse particulièrement, en ce qu’il donnedes prises sur le fonctionnement des algorithmes d’apprentissage automatique, pourtant réputés opaques. Suivre les activités de conception de l’IA, en particulier d’annotation, permet d’éclairer les résultats produits par les outils algorithmiques, et d’offrir des perspectives pour infléchir, le cas échéant, les résultats produits.

4.   À quelle littérature sociologique, votre travail contribue-t-il et, finalement, comment formuleriez-vous sa contribution ?

Cette thèse se situe au croisement de la sociologie des sciences et des techniques, de la sociologie de l’activité et de la sociologie de la justice. À partir de matériaux issus d’une enquête menée sur différents terrains, elle propose d’entrer dans les « coulisses » du chantier de l’IA, pour mieux comprendre les ressorts et implications de son développement dans le domaine de la justice. Les résultats proposés reposent sur un effort de variation des points de vue et niveaux d’observation, visant à saisir au plus près la pluralité des éléments qui constituent le dispositif de l’IA juridique et la nature des liens qui les unissent entre eux et aux acteurs qui l’entourent.

D’une part, cette recherche montre l’importance des infrastructures et du travail mobilisés dans la fabrique algorithmique – expliquant la diversité d’outils évoluant derrière le « concept-frontière » polysémique d’IA. Comme exposé plus haut, la thèse met en évidence le rôle essentiel joué par les activités et choix humains dans le cadrage des dispositifs algorithmiques. Elle souligne également le caractère durable de ce travail : lorsqu’elles sont issues d’un monde réel en évolution constante (comme c’est le cas des décisions de justice), les données fournies aux algorithmes contiennent en permanence des éléments inédits, qui doivent faire l’objet d’une annotation régulière pour être pris en compte dans les calculs algorithmiques.

D’autre part, l’enquête met au jour des processus d’hybridations d’expertises technico-juridiques se mettant en place autour de ces projets, qui font se croiser élite managériale de la magistrature et entreprises de la tech, par l’entremise du monde de la modernisation publique. Ces acteurs évoluent au sein d’arènes réformatrices et technophiles, où se construit un répertoire de réforme partagé autour de l’IA. Dans le même temps, ces projets creusent des lignes de fracture avec les professionnels de terrain, dont les préoccupations quotidiennes sont éloignées des enjeux modernisateurs. En effet, les modalités de traitement standardisées et à grande échelle des décisions de justice qui sont au cœur de l’IA, ce que j’ai qualifié de « traitement industriel de l’information », tranchent avec l’attention aux situations particulières que revendiquent les professionnels du droit. Pourtant, l’opposition ne se joue pas tant autour des outils en tant que tels qu’autour des façons dont ils sont utilisés : si ces deux registres n’entrent pas nécessairement en contradiction (les professionnel·les du droit emploient de longue date des outils standardisés tels que des barèmes ou référentiels), les outils d’IA ont cette particularité de pouvoir être utilisés par des acteurs qui ne sont pas des praticiens traditionnels, pour réaliser des tâches équivalentes. Ils leur octroient pour cela une légitimité spécifique, que l’on pourrait qualifier d’algorithmique. En fonction des usages qui en sont faits, les outils d’IA sont donc susceptibles de reconfigurer les chaines de décision et de responsabilité, et suscitent à ce titre la vigilance d’une partie des mondes du droit.

De façon générale, cette enquête conduit finalement à montrer que les algorithmes ne sont ni autonomes ni magiques ; l’approche par le prisme de l’activité permet, à mon sens, de mieux saisir ce qui se joue exactement dans le déploiement de ces outils, sans céder à une essentialisation de cet objet technique.

5.   Quelques éléments bibliographiques :

  • 2023. « ‘Mais l’algo, là, il va mimer nos erreurs’. Contraintes et exigences de l’annotation des données d’entrainement d’une IA », Réseaux, vol. 4, n°240, pp 111-144.
  • 2023. « Le travail de l’Intelligence Artificielle : Concevoir et entrainer un outil de pseudonymisation automatique à la Cour de Cassation », RESET, n°12.
  • 2021. « À l’ombre des rencontres : la fabrique des données personnelles sur OkCupid », Les Cahiers du Numérique, vol.17, n°1-2, pp 45-69.

Appel à communication : “Le corps de la maladresse”

Colloque inter Réseaux Thématiques de l’Association Française de Sociologie

RT 23 « Travail, activité, technique » et RT41 « Corps, techniques, société »

Argumentaire 

« La maladresse, rien ne peut nous être plus familier », ainsi commence un fameux article d’Henri Wallon publié en 1928. L’expérience de la maladresse est un fait ordinaire, voire quotidien : elle est la norme du geste plus que son anormalité. « La maladresse, c’est l’imperfection habituelle des mouvements », précise en effet Wallon. Elle est moins liée à l’incapacité qu’à l’inattention ou à la fatigue. Il s’agit d’une sorte de rupture inattendue dans l’agencement d’actions routinières. Dans cette perspective, la maladresse manifeste un rapport ambigu à ses antonymes. Elle est à la fois une embûche de l’habileté, la révélation de son manque, voire sa condition de possibilité. L’idée de maladresse laisse également supposer que l’habileté ne serait pas la simple détention d’un savoir-faire, mais plutôt la capacité à mobiliser ce savoir-faire contre un désordre du mouvement qui guette tout geste intentionnel. La maladresse est donc une incapacité à résister à une mollesse corporelle qui est en même temps congénitale, morale et accidentelle. Cette ambiguïté de la maladresse est présente dans toutes les représentations que l’on a de cette notion : la maladresse est à la fois un caractère inné d’un individu (« il est maladroit ») et un événement auquel il est confronté (« il s’agit d’une maladresse »).

Cette notion issue du sens commun a fait l’objet d’une conceptualisation élaborée en psychologie et en sciences de l’éducation, aboutissant aux nosographies de la dyspraxie comme trouble de l’apprentissage (Jumel, 2015). Elle demeure néanmoins aux marges des travaux en sciences sociales sur le travail, l’activité ou plus généralement le corps. C’est d’ailleurs probablement pour son caractère de concept tout à la fois moral et psycho-physiologique que les sciences sociales l’ont longtemps délaissé, y percevant une forme de biologisation des normes sociales (Berthelot et al., 1985). L’idée de maladresse est en effet mobilisée à la fin du XIXe siècle dans des discours comme ceux de l’anthropologie physique et de l’anthropologie criminelle en quête de critères congénitaux pour identifier les inclinations morales des individus, voire des groupes culturels et sociaux (Milicia, 2018). À la même époque, l’identification nosographique de la maladresse s’inscrit dans une lecture biomédicale de l’anormalité (Foucault, 1999).

Si depuis quatre décennies le corps est revenu au cœur des recherches en sciences sociales, la question de l’entrecroisement du biologique et du social, que les travaux séminaux de Marcel Mauss (1936) avaient identifiée, demeure un chantier ouvert. Dans cette perspective, réinvestir l’idée de maladresse ne signifie plus réduire le moral et le social au congénital, mais plutôt enraciner dans les corps une problématique qui engage à la fois les gestes et les attitudes dans leur polysémie corporelle, verbale, et relationnelle. C’est afin d’interroger le potentiel heuristique de ce terme de sens commun que la journée d’étude souhaite convier des chercheurs en sciences sociales ayant enquêté sur le corps, le travail, la technique et l’activité à chercher dans leurs données des traces de maladresses.

Pour cela nous invitons les contributeurs à travailler ce concept à l’aune de trois groupes de questions :

Maladresse et habitus

La maladresse est souvent pensée comme l’antonyme de l’habilité, de la maîtrise ou du tour de main, mais cette image demeure vague quant à sa temporalité. La maladresse est-elle un passage obligé de l’acquisition d’une technicité ou au contraire est-elle l’effet de sa détérioration ? Autrement dit, on serait maladroit en attendant de devenir habile ou on deviendrait maladroit en perdant provisoirement ou définitivement l’habilité. Cela permet de décliner la question de la maladresse autour du rapport entre technicités et âges. La maladresse est-elle la nature propre de l’apprenti par son incapacité à prêter attention à l’ensemble des composantes du geste ? Elle est au contraire le propre de l’expert exposé à l’inattention de l’automatisme ? ou est-elle le caractère spécifique de l’ancien dont les mouvements peuvent être usés ?

De nouveau il ne s’agit pas de donner une réponse à ces questions, mais de prendre au sérieux cette polysémie. L’identification de la maladresse semble dépendre moins de l’écart par rapport à une supposée habileté standard qu’à une capacité à gérer dans l’habileté la dimension d’automatisation du geste. En ce sens, en fonction de ce qui est attendu en termes de dialectique entre contrôle réflexif et mécanisation des gestes selon les phases de l’acquisition de l’aptitude technique, la maladresse prend des formes différentes. L’entrée par la maladresse permet donc de s’interroger sur le rôle de l’automatisation psychophysiologique dans la transmission et l’exercice de l’habileté technique.

Dans cette perspective on pourrait se demander de quelle manière l’idée de maladresse permet d’éclairer le concept de “marge de manœuvre” ? La maladresse est-elle le prix à payer pour la possibilité d’adaptation et de choix? Elle serait en ce sens une “faute heureuse”, le  résultat de notre liberté d’action par rapport aux standards. A moins qu’elle ne soit au contraire le résultat d’un excès d’automatisation ?  Par quels dispositifs socio-techniques les individus et les collectifs cherchent-ils à prévenir les maladresses : comment se sert-on d’appuis cognitifs et matériels, techniques ou sociaux, pour automatiser ou reprendre la main au bon niveau ? De quelle manière l’identification de la maladresse est-elle mobilisée pour diminuer le rôle des conditions d’activité sur la justesse des engagements corporels en masquant les effets de la fatigue, de l’usure ou de la maladie sous la stigmatisation de défaillances physiques ?

Maladresse et responsabilité(s)

La question de la maladresse a une dimension profondément morale. La maladresse n’est en effet pas une erreur due à la complexité d’une tâche ni une faute due à un manquement intentionnel ; elle est une inattention ordinaire. Cela fait de son avènement un moment complexe d’imputation de la responsabilité. Pour celui qui commet la maladresse, celle-ci semble être indépendante de toute action volontaire. Elle surgit de son corps, de sa main comme si celle-ci devenait subitement autonome. Pour ceux qui imputent la maladresse, celle-ci ne renvoie pas seulement à la responsabilité pratique du maladroit. Elle révèle une charge morale de faiblesse et de mollesse d’esprit, voire un manque de « tact » et d’attention à l’autre, une incapacité à anticiper et apprécier les conséquences d’un geste.

La question est datée. Déjà Wallon l’avait affrontée dans un débat avec le philosophe des sciences Albert Spaier (1929) qui considérait qu’en cherchant les causes psychophysiologiques de la maladresse on justifiait les maladroits, alors que « sauf exception, ils sont responsables de leur défaut et y trouvent des avantages ». La question de la responsabilité de la maladresse révèle la difficulté à définir les limites de l’imputation d’un geste en général. Le geste est-il dans la main, dans l’intention, dans l’interfaçage entre le corps et les instruments, dans le processus opératoire ?

L’idée de maladresse laisse ouverte la possibilité d’une imputation plus ou moins morale, technique, physique, psychique ou organisationnelle du geste. Elle semble en ce sens fonctionner comme une sorte de ressource discursive mobilisable selon les situations et les acteurs : à la fois pour charger un manquement véniel d’une valeur morale et pour déclasser une erreur de jugement en dysfonctionnement organique. On en verrait par exemple la mise en œuvre en droit avec les recours judiciaires face aux potentielles « fautes médicales ». La catégorie de maladresse y est utilisée de façon ambivalente. D’une part, elle peut servir à imputer une attitude fautive au personnel médical en dehors du cadre juridique de la « faute professionnelle » (laquelle doit être caractérisée techniquement). D’autre part, elle peut permettre de reconduire à « l’infraction involontaire » des attitudes relevant de gestes déplacés intentionnels comme dans le cas des agressions sexuelles (Marcos, 2003).

Maladresse et jugement 

La question de la responsabilité implique celle de l’évaluation et de l’appréciation de la maladresse et donc celle des savoirs de la maladresse ». Quels sont les signes de la maladresse ? Comment et pourquoi les repère-t-on ? Si, comme nous l’avons évoqué, psychologie et morale ont longtemps occupé la plus grande partie de cet espace, d’autres disciplines se sont intéressées à la recherche symptomatique de la maladresse. On peut classer ces savoirs en deux types. 

D’une part, il y aurait ceux qui considèrent les liens de causalité entre des effets et un geste maladroit. C’est notamment le cas de l’archéologie et de la paléontologie qui comme dans le cas des silex cherchent dans les « objets ratés » les traces d’ordres sociaux liés aux apprentissages et à l’organisation technique des groupes humains (de Beaune, 2022). Dans ce groupe on trouverait également le droit qui a dû définir des critères pour saisir le lien de causalité entre des dommages, des imprudences, et des maladresses pour caractériser les « atteintes involontaires » (Sérieux, 2017). D’autre part, on pourrait repérer les savoirs qui enquêtent sur les causes de la maladresse. La diffusion des neurosciences a élargi le champ de l’identification des déterminants biologiques des maladresses récurrentes chez des catégories d’individus. Le débat s’en trouvait ouvert sur les rapports entre vécu du mouvement et activité neuronale dans la motricité humaine (Weismann-Arcache, 2010). Par ces approches, la maladresse fait son (grand) retour dans le cadre de la biologie criminelle qui revisite à nouveaux frais de vieilles lunes anthropologiques (Larrègue, 2020). Chercher les causes neurologiques et/ou génétiques de la maladresse permettrait en effet encore aujourd’hui d’expliquer biologiquement et de médicaliser des « tares » morales et sociales. 

Enfin, les sciences sociales ont ces dernières années pointé le rôle des attentes implicites ou explicites des groupes sociaux quant à l’apparition des maladresses. La maladresse est ainsi apparue dans l’espace de la sociologie dans le cadre du récent engouement pour les auto-analyses des expériences des « transclasses » (Jacquet, 2014). Cela a permis de décrire le vécu des violences symboliques subies par celles et ceux qui ne maîtrisent pas les codes d’un certain groupe social (Detrez et Bastide, 2020). Dans ces discours la place des corps, des activités concrètes, des « faux pas », des gestuelles « ratées » ou « déplacées » demeure souvent secondaire par rapport à la description d’une plus générale hiérarchie de dispositions culturelles. Or, l’idée de maladresse semble être un fil à tirer par lequel saisir le rôle des gestuelles dans les interactions qui « situent » chacun.e à la fois dans l’ordre des dispositions et dans celui des classements.

La place de l’expérience de la maladresse dans ces trajectoires transversales et émancipatrices permet d’ailleurs de réfléchir à son rôle en tant que ressource de critique des jugements et des évaluations normatives. Se sentir maladroit, voir ses gestes jugés comme « naturellement » inadaptés à un contexte pratique peut servir à faire éclater l’artificialité des critères d’appréciation de l’efficacité gestuelle. Ainsi il peut y avoir des moments où la maladresse est revendiquée et assumée tel un « style ». L’expérience de l’art naïf et celle plus générale de l’autodidactisme, affirmées comme pureté du geste, en sont des exemples connus (Saint-Jacques, 2003). La maladresse peut devenir une ressource créative pour tester des attitudes corporelles et gestuelles inédites, une occasion pour explorer les marges de l’incorporation des habitus. Endosser une forme de maladresse peut en effet se révéler comme une manière de s’octroyer la liberté de faire autrement avec son corps sans besoin d’assumer une résistance active et réfléchie aux normes admises, mais en incorporant pour ainsi dire les conditions de l’écart (de Tholozany, 2017). 

En choisissant une voie d’accès par l’un ou plusieurs de ces axes de réflexion, les communications attendues pourront aborder des objets et des thématiques spécifiques à des domaines d’activités différents. Les communications veilleront à traiter de la dimension incorporée de la maladresse et de son rôle dans le déroulement concret des activités. Parmi les questions et domaines que les communications pourront aborder en plus de ceux évoqués dans les axes, on peut proposer (sans qu’il y ait là une volonté d’exhaustivité) : 

  • Les traitements médicaux et psycho-pédagogiques des défaillances de la coordination gestuelle ont donné naissance à l’univers des “DYS” (dyspraxie, dyspraxie verbale, dyslexie, dysphasie). Élaborations, prescriptions, réceptions, co-constructions des nosographies des troubles ou  des handicaps dans ces domaines pourront faire l’objet d’ethnographies et d’analyses. L’analyse des réseaux entre associations de médecins, experts et patients dans la définition des marges de ces troubles entre maladresse “ordinaire” et “pathologique” pourra également être abordée. On pourra enfin réfléchir à la part de “naturalisation” (versus de “socialisation”) que ces savoirs sur les maladresses de coordination construisent, et à l’évolution de ces savoirs et des controverses qui les ont accompagnés. 
  • Les sexualité(s), les attentes et les performances qu’elles suscitent sont susceptibles de révéler des gaucheries, dont les jugements conduiront peut-être vers la consultation médicale et/ou chez le sexologue. Elles  seront perçues différemment selon le genre, la classe sociale, la religion, la culture en général. Ici aussi, il importe de se demander ce qui fait la maladresse, et ce qui prétend la corriger. Quels sont les acteurs, et comment imputent-ils à leur corps, ou au corps de l’autre les raisons des insatisfactions et des frustrations? Comment ces troubles sont-ils identifiés, nommés, par les protagonistes? Comment la culture médicale en général, et la culture spécifique de la sexologie y répondent-elles ?
  • Cela permet de poser de façon plus générale la question de la dimension genrée de la maladresse. L’expérience des jugements de défaillance dans les relations intimes est révélatrice de l’ensemble des rapports genrés à l’efficacité gestuelle qui traversent nos sociétés. La maladresse dans l’espace domestique est différemment appréciée et jugée en fonction du genre. On peut se demander ce qu’il en est dans les différents espaces professionnels et d’activité.  Les gestes mal adressés de femme et des hommes apparaissent différemment selon les contextes d’activité et la représentions genrée de ces espaces.
  • Le développement des recherches sur les interactions Homme-Machine permet également d’aborder les questions ouvertes dans les axes évoqués. La sensation qu’un automatisme puisse être maladroit par son incapacité à  s’adapter à la moindre variation dans son environnement, dont rend compte l’expérience ordinaire du robot-aspirateur coincé, révèle la complexité de notre rapport à la maladresse. Cette expérience du robot maladroit est aujourd’hui mobilisée par les concepteurs pour produire des automates avec des défaillances recherchées afin de provoquer des actions de la part des utilisateurs humains. Qu’est-ce que cela nous dit sur les effets empathiques et créatifs de la maladresse ? Comment les roboticiens et les designers intègrent-ils l’idée de maladresse, donc de réponse inadaptée à une situation, dans un processus de conception censé produire des automatismes programmés ?
  • Enfin, dans le domaine des activités professionnelles et plus précisément des services rendus à la personne (soins, assistance, accompagnement, accueil), les compétences relationnelles sont l’objet d’investissements où se jouent et se rejouent en permanence les risques de désajustements, d’erreurs plus ou moins grandes, mais toujours susceptibles de fragiliser les interactions (voir les nombreux travaux sur les opérateurs des pompes funèbres, les aides-soignants ou encore les opérateurs de services d’accueil).  Le travail des acteurs, individuellement ou en groupe, plus ou moins encadrés et soutenus par des protocoles, des standards, des règlements, consiste donc en partie à éviter les faux-pas, à s’ajuster à des situations, à déployer éventuellement des “échanges réparateurs” (Goffman, 1974) pour assurer la bonne conduite de l’interaction à caractère professionnel. C’est là que se niche le risque de la maladresse, des erreurs de jugement qui ne sont pas véritablement des fautes techniques ou des dérogations aux protocoles, mais qui peuvent mettre à mal la réussite de l’activité professionnelle. Des travaux prolongeant ces réflexions sur les compétences relationnelles à l’aune de la catégorie de maladresse seront donc particulièrement bienvenus.

Les domaines disciplinaires attendus incluent le droit, les sciences médicales, la robotique, le design, l’histoire de l’art, les sciences de l’éducation, l’histoire, la sociologie, l’ethnologie, la psychologie, la psychologie sociale, et les sciences humaines en général.

Bibliographie

Berthelot Jean-Michel, Drulhe Marcel, Clément Serge, Forne Jose, M’Bodj Gora. Les sociologies et le corps. Current Sociology, 1985, 33 (2), pp.1-209.

de Beaune, Sophie A. « Chapitre II. Gestes et postures du corps »,  Préhistoire intime. Vivre dans la peau des Homo sapiens, sous la direction de de Beaune Sophie A. Gallimard, 2022, pp. 64-104.

Détrez, Christine, et Karine Bastide. Nos mères. Huguette, Christiane et tant d’autres, une histoire de l’émancipation féminine. La Découverte, 2020 

Foucault, Michel, Les anormaux: Cours au Collège de France (1974-1975), Gallimard/Seuil/EHESS, Paris, 1999

Goffman, Erving, Les rites d’interaction, Paris, Minuit, 1974

Jaquet, Chantal. Les transclasses ou la non-reproduction. Presses Universitaires de France, 2014 

Jumel, Bernard. « La dyspraxie dans les classifications de référence », Troubles des apprentissages. Approche intégrative, sous la direction de Jumel Bernard. Dunod, 2015, pp. 227-238.

Larregue Julien, Héréditaire. L’éternel retour des théories biologiques du crime. Le Seuil, Paris, 2020

Marcos Aurore, « La maladresse, essai de qualification en droit d’une notion a-juridique», RGDM, n°9, 2003, p.83-96 

Maury, Liliane. « La psychologie appliquée », , Wallon. Autoportrait d’une époque, sous la direction de Maury Liliane. Presses Universitaires de France, 1995, pp. 45-60. 

Mauss Marcel, «Les techniques du corps », Journal de Psychologie, XXXII, n°, 3-4, 15 mars – 15 avril 1936.

Milicia, Maria Teresa. Colères, maladresses et races maudites : la naissance de l’antiracisme dans l’Italie postunitaire In : La pensée de la race en Italie : Du romantisme au fascisme [en ligne]. Besançon : Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Saint-Jacques Camille, « La maladresse:  la faute heureuse », In: Autrement – Mutations, 2003

Sériaux, Alain. « L’appréciation de la faute pénale d’imprudence en droit français contemporain », Revue de science criminelle et de droit pénal comparé, vol. 2, no. 2, 2017, pp. 231-246. 

Spaier Albert, « Remarques sur la Maladresse », Revue Philosophique de la France Et de l’Etranger, 107:82 – 91, 1929.

de Tholozany Pauline, L’école de la maladresse. De J-J Rousseau à J-J Granville; XVIIIe-XIXe siècle, Honoré Champion, 2017.

Wallon Henri, «La maladresse », Journal de Psychologie, XXVe année, 1928, n° 1, 61-78

Wallon Henri, « L’habileté manuelle », Revue de la science du travail, Vol. 1, n. 2, 1929, p. 220.

Weismann-Arcache Catherine, « La dyspraxie, un objet neuroscientifique pour la psychanalyse ? »,Neuropsychiatrie de l’Enfance et de l’Adolescence, Volume 58, Issues 6–7, 2010, pp. 391-397,

Modalités de soumission

Le colloque se tiendra les 12 et 13 septembre 2024 à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Les propositions de communications ( 5000 signes maximum) sont attendues pour le 20 mai 2024. Les auteur.ice.s veilleront à appuyer leur propos sur des données empiriques issues de leurs terrains, recherches, protocoles, brevets. Des contributions plus théoriques insérant le concept de la maladresse dans des considérations portant sur les corps et les activités sont également attendues. 

Les propositions sont à adresser conjointement à Marco Saraceno et Valérie Souffron: Marco.Saraceno@univ-paris1.fr et valerie.souffron@univ-paris1.fr 

Les propositions seront évaluées par les bureaux des RT 23 et 41, pour un retour aux auteur.ice.s le 27 mai. 

Recherche post. doctorant.e

Regard et expertise médicale à l’épreuve des images retravaillées par l’IA.
Le cas des mammographies et de la détection du cancer du sein.

  • Contacts : Christian Licoppe, Professeur de Sociologie, Telecom Paris et I3 (UMR CNRS
    9217), Institut Polytechnique de Paris & Gerald Gaglio, Professeur de Sociologie, Université Côte d’Azur (GREDEG, UMR CNRS 7321)

Résumé

Ce projet se propose de travailler au niveau des usages effectifs des dispositifs d’IA dans le domaine des mammographies (détection du cancer du sein), en combinant potentiellement plusieurs approches empiriques (des entretiens, observations ethnographiques et enregistrements vidéo de situations concrètes d’usage). Au travers d’un post-doctorat de deux ans, les objectifs seront de saisir les déplacements du regard clinique, la redistribution de l’autorité et de l’expertise, ainsi que la réorganisation du travail médical au sein d’une chaîne de soins, lorsque l’activité du radiologue devient outillée par des logiciels d’IA. Pour ce faire, deux démarches d’enquête sont envisagées : d’une part documenter et analyser des situations concrètes d’usages effectifs, lorsque des radiologues (dans le contexte des problèmes spécifiques posés par les mammographies en France) sont confrontés à différentes sortes de clichés et d’analyses, certaines retravaillées par des logiciels d’IA, et d’autre part se focaliser sur des cas d’imageries « délicats » et ambigus, où par hypothèse des hésitations et des discussions ont cours.

L’originalité du projet tient à la fois à la combinaison des méthodes empiriques, à la complémentarité des perspectives théoriques des deux chercheurs qui portent le projet (Vidéoethnographie et Science and Technology Studies), de même qu’à l’ambition de traiter l’introduction de l’IA à des échelles différentes, du plus fin (l’attention visuelle du médecin face à des clichés sur écran) au plus global (la chaîne de soins). Et ce en s’appuyant sur la littérature existante et sur de nouvelles investigations empiriques. Enfin, à travers un dialogue avec des concepteurs (en particulier l’entreprise Therapixel), l’ambition est de faire rétro-agir une meilleure compréhension des usages de l’IA en situation sur la conception des logiciels de deep learning.

Keywords. Radiologie, regard clinique, autorité médicale, IA, organisation de la chaîne de soins

Contexte du projet de recherche

Ce projet de recherche porte sur l’appropriation de logiciels dits d’IA dans le domaine de l’imagerie médicale par des professionnels de santé (radiologues et manipulateurs radios principalement) qui officient dans des établissements de soin. Une de ses originalités est de combiner deux types d’expertise SHS, les « Science and Technology Studies », centrées sur la construction de l’expertise médiales et l’organisation des activités radiologiques comme pratique collective (G. Gaglio), et l’analyse interactionnelle, qui cherche à saisir, via l’analyse d’enregistrements video, le regard médical en action, lorsque des médecins sont confrontés à différents types de clichés et en discutent (C. Licoppe). Le projet se focalise sur le domaine de la détection des cancers du sein par des mammographies (sénologie). Afin d’assister le travail des radiologues, des logiciels se proposent désormais, depuis quelques années, de déterminer des zones dans les images comportant de potentielles anomalies, ainsi que de déterminer un score global de risque qu’un cancer soit présent.

Cela amène à préciser le positionnement du projet par rapport aux travaux académiques à disposition sur le sujet. Quelques travaux sur une première génération d’outils d’IA en radiologie, à la fin des années 1990, avait par exemple montré comment les faiblesses de la machine étaient utilisées pour asseoir l’expertise du clinicien ( Slack et al. 2007; Slack et al. 2010). En effet, les CAD (Computer Aided Diagnosis), très usités en sénologie, avaient été considérés comme des échecs, car ayant entraîné des surdiagnostics et par conséquent de nombreuses biopsies jugées inutiles a posteriori (Nishikawa, 2007). Ces premiers travaux ont pu alors s’additionner avec des recherches autour de la diffusion d’appareils très précis (démultipliant les coupes) et pénétrant en profondeur le corps humain sans être invasifs, comme les IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) (Burri, 2008) et les scanners (Barley, 1986). Ces dernières années ont vu émerger quelques enquêtes sur la nouvelle génération d’outils d’IA, qui nous préoccupe plus directement. Elles concernent d’abord la conception de ces outils, pour analyser en l’occurrence la révélation et l’atténuation de l’ambiguïté dans l’interprétation humaine d’images radiologiques, lorsqu’un projet d’automatisation est lancé (Ivarsson, forthcoming), ou pour montrer qu’une démarche de co-conception d’applications d’IA impliquant des oncologues réduit l’écart entre une grande vivacité de la recherche sur le cancer mobilisant l’IA et la faible utilisation d’applications d’IA en routine clinique (Verna et al., 2023). Toujours en préalable d’un usage effectif, une recherche récente de M. Mehrizi (2023) met quant à elle en évidence les « pré-framing » (automatisation, enrichissement, reconfiguration du travail) opérés par des radiologues à travers l’Europe de ces outils d’IA, avant qu’ils n’en bénéficient. S’agissant des rares analyses d’usages effectifs de ces dispositifs, mentionnons le travail d’G. Anichini et B. Geffroy (2021) autour de radios du thorax en contexte hospitalier en France. Ces auteures montrent que ces logiciels, lors d’une expérimentation, peuvent être amenés à devenir un tiers entre les encadrants séniors et les internes dont ils ont la charge (les CHU français sont des lieux de soin mais aussi de formation), tout en perturbant l’apprentissage desdits internes, qui risquent de trop s’en remettre à l’avis de ces logiciels. L’article de L. Mignot et S. Schultz complète d’une certaine façon et à un niveau plus macrosocial leur analyse (toujours sur le cas français), en défendant que des « régulations professionnelles » (à défaut d’être institutionnelles) encadrent les usages (Mignot et Schultz, 2022). Dans une perspective différente et aux Etats Unis, P. Winter et A. Carusi (2022) examinent la co-construction d’un logiciel inclus dans une machine d’imagerie, en parallèle à la réalisation du travail clinique, à laquelle prennent part des développeurs, des médecins et des chercheurs, et ce dans le but d’améliorer le diagnostic précoce d’une maladie pulmonaire rare. En plus d’un nécessaire travail de synthèse de ces travaux assez disparates qui sera réalisé, ceux-ci n’étudient pas le travail avec l’IA une fois qu’il est véritablement installé et au niveau des interactions hommes-machines. Ensuite, des trajectoires locales d’innovation sont étudiées, mais peu comparées avec d’autres (Gaglio et Loute, 2023). Les niveaux d’observation et d’analyse, enfin, restent étanches.

L’originalité de notre projet est de vouloir travailler au niveau des usages effectifs de ces dispositifs en combinant potentiellement plusieurs approches empiriques (des entretiens, observations ethnographiques et enregistrements video de situations concrètes d’usage) pour saisir les déplacements du regard clinique, la redistribution de l’autorité et l’expertise et la réorganisation du travail médical lorsque le travail du radiologue est également outillé par l’IA. Par conséquent, trois questions de recherche serviront de base au travail du post-doctorant :

  • –  Du côté des usages effectifs, comment travaille-t-on avec des logiciels de détection à base d’IA? Comment regarde-t-on un cliché ou une image mammographique (en 3D) lorsqu’elle est passée au crible du logiciel (avec le pointage d’une zone spécifique, d’une calcification, etc.) ? Qu’est- ce qui caractérise une image « difficile », et comment regarde-t-on ce type d’image avec un collègue et qu’est-ce qui se dit alors, en naviguant entre le cliché d’origine et le cliché retravaillé par l’IA.
  • –  Sur un plan plus conceptuel, comment, d’une part, s’éprouvent des « visions professionnelles » (Goodwin, 1994) quand les échanges se focalisent sur des images elles-mêmes marquées un logiciel d’IA ? D’autre part, comment se distribuent la confiance (au sens d’une délégation et d’un crédit) et la « vigilance épistémique » (Sperber et al., 2010) du fait qu’un cancer ne peut être manqué, dans un contexte réglementaire où le médecin est responsable du compte rendu produit ?
  • –  Du côté de la conception, comme Barley (1986) l’avait mis en évidence à propos des premiers scanners utilisés aux Etats Unis, quels sont les facteurs institutionnels et organisationnels qui influent sur les trajectoires d’innovation locales, notamment sur le degré de re-conception des logiciels d’IA fournis, à l’épreuve des usages effectifs ?
  • –  Dans la continuité des deux précédentes séries de questions, peut-on parvenir à articuler différentes échelles d’analyse, à savoir une échelle très micro, celle des interactions entre humains et avec la machine, et les échelles plus organisationnelles (transformation de l’organisation du travail et de la coordination/coopération du fait de l’appropriation de ce type de logiciels) et institutionnelles (réglementation en termes de responsabilité, remboursement ou non remboursement des outils d’IA par la collectivité nationale, existence ou non d’un système de dépistage de masse du cancer du sein, etc.) ? Répondre à ces questions de recherche suppose de mettre en œuvre des investigations empiriques à la fois fines et approfondies, avec une visée ethnographique, qui seront menées par le post-doctorant : entretiens, observations en situations, enregistrements audio-visuels si possibles. Le projet profitera d’un partenariat avec l’entreprise Therapixel (https://www.therapixel.fr/), fondée en 2013. Therapixel est un éditeur français de logiciels spécialisés dans l’IA appliquée à l’imagerie médicale, et un des leaders mondiaux sur le segment de la sénologie. L’entreprise se propose d’ouvrir des terrains d’enquête en adéquation avec les questions de recherche susmentionnées.

Profil souhaité

Diplôme requis : Doctorat en sciences sociales (sociologie, anthropologie, ergonomie) obtenu depuis moins de quatre ans

– Spécialisation dans les domaines des sciences et des techniques (Science and Technology Studies) et/ou du numérique et/ou de la santé et/ou du travail et des organisations

– Maîtrise de l’enquête qualitative et des méthodes ethnographiques. Une connaissance de l’analyse de l’activité et des interactions (au plan méthodologique) serait un plus.

Le contrat

– Cette recherche d’un.e candidat.e post-doctorant s’inscrit dans le cadre de deux candidatures parallèles dans deux établissements (Institut Polytechnique et Université Côte d’Azur) pour un financement d’un contrat post-doctorat de deux ans

– Localisation : Saclay ou Nice, avec mise à disposition d’un bureau.

Tâches envisagées

  • –  Poursuite de la revue de littérature
  • –  Réalisation d’enquêtes de terrain sur des sites de radiologie (hôpitaux et cliniques privées), assistance à des réunions de prospective commerciale où des clichés radiologiques sont passés en revue par un logiciel d’IA, en suscitant des discussions avec des radiologues, monographie d’un éditeur de logiciels d’IA dans le domaine
  • –  Analyse des données
  • –  Communication et publication des résultats Dossier de candidature et calendrier
  • –  CV comprenant une liste exhaustive des publications & communications
  • –  Lettre de motivation (adéquation du profil avec le projet proposé, etc.)
  • –  Envoi d’une à trois publications
  • –  Lettre de recommandation
  • –  La date limite de candidature est fixée au 7 mars minuit
  • –  Audition (visio) mi-mars (date communiquée à l’issue de l’examen des candidatures)
  • –  Remise du dossier complet auprès des deux établissements le 5 avril 2024.
  • –  Prise de poste entre septembre 2024 et janvier 2025.
  • –  Dossier à envoyer à christian.licoppe@telecom-paris.fr et gerald.gaglio@univ-cotedazur.fr

Bibliographie sélective

  • Anichini G., Geffroy B. (2021), L’IA à l’épreuve des savoirs tacites : analyse des pratiques d’utilisation d’un outil d’aide à la décision en radiologie, Sciences sociales et santé, vol. 39, n° 2, p. 43-69.
  • Barley S. (1986), Technology as an Occasion for Structuring: Evidence from Observations of CT Scanners and the Social Order of Radiology Departments, Administrative Science Quaterly, vol. 31, n° 1, p. 78-108
  • Burri R., (2008), Doing Distinctions: Boundary Work and Symbolic Capital in Radiology, Social Studies of Science, 38(1), 35-62.
  • Gaglio G., Loute A., (2023), L’émergence d’enjeux éthiques lors d’expérimentations de logiciels d’intelligence artificielle, le cas de la radiologie, Réseaux, dossier « L’éthique de l’intelligence artificielle », n°240, pp. 145-178.
  • Goodwin C., (1994), Professional vision, American Anthropologist, vol. 96, n°3, 606-633.
  • Ivarsson J., forthcoming, Unveiling Ambiguity: Dilemmas of Automation in Medical Imaging.
  • Mehrizi M., (2023), Pre-framing an emerging technology before it is deployed at work: the case of artificial intelligence and radiology, Journal of Computer-Mediated Communication, 2023, 28(4), https://doi.org/10.1093/jcmc/zmad029
  • Mignot L., Schultz E. (2022), Les innovations d’IA en radiologie à l’épreuve des régulations du système de santé, Réseaux, n° 232-233, p. 65-97
  • Nishikawa R.N. (2007), Current status and future directions of computer-aided diagnosis in mammography, Computerized Medical Imaging and Graphics, n° 31, p. 224-235
  • Slack, R. S., Mark Hartswood, Rob Procter, Mark Rouncefield, R. Slack, D. Francis, et S. K. Hester, (2007). “Cultures of Reading: On Professional Vision and the Lived Work of Mammography.” In Orders of Ordinary Action: Respecifying Sociological Knowledge, 175–94. Ashgate.
  • Slack, Roger S., Rob Procter, Mark Hartswood, Alexander Voss, et Mark Rouncefield, (2010). “Suspicious Minds?” In Ethnographies of Diagnostic Work, 227–44. Springer.
  • Sperber D. et al., 2010, « Epistemic vigilance », Mind and Language, vol. 25, n° 4, 359-393.
  • Winter P., Carusi A., (2023), (De)troubling transparency: artificial intelligence (AI) for clinical applications, Medical Humanities, n°49, 17-26.

« Le corps actif de la mesure » – Socio-anthropologie 51

Appel à contribution pour le no 51 de Socio-anthropologie

Coordinateurs

Marco Saraceno, Maître de Conférence en Sociologie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Chercheur au CETCORPA

Barthélemy Durrive, Professeur Agrégé de Philosophie, Docteur en Philosophie et Histoire des Sciences, Chercheur Associé IHRIM/ENS Lyon

Argumentaire

Dans les deux dernières décennies, les recherches sur le « corps » et celles sur la « mesure » ont fortement participé aux renouvellements des sciences humaines et sociales vers une plus grande attention aux dimensions « pratiques » de l’agir social. Elles ont contribué à penser les faits sociaux comme ancrés dans la matérialité de la vie organique et dans des conventions technico-opérationnelles. Toutefois, rares sont les travaux qui ont interrogé les rapports entre ces deux dimensions de l’agir humain. Au contraire, les rapports entre corps et mesure sont souvent renvoyés au réductionnisme biologisant ou à la déconnexion entre expérience sensible et connaissance formalisée : des dualismes que le practical turn en sciences sociales, auquel ont contribué de nombreuses enquêtes sur le corps et la mesure, s’efforce pourtant à dépasser.

Ce numéro propose donc à des chercheurs·euses travaillant sur la place du corps et/ou de la mesure dans la compréhension des activités sociales d’interroger l’ancrage corporel des pratiques métriques et/ou le rôle de ces dernières comme condition des engagements corporels. Cela impliquera de s’intéresser à la continuité entre les échelles « spontanées » par lesquelles le corps « valorise » son milieu au cours de son activité et les besoins de « formalisation » de ces échelles qu’impose la pratique humaine dans son caractère culturel, social et technique. Il s’agira en somme d’étudier, suivant l’enseignement de Georges Canguilhem (1952), l’émergence et l’utilisation des métriques comme une continuation de la constitution et des usages sociaux de l’activité organique humaine. Entre évaluation située du monde et incorporation de standards déconnectés de la singularité de l’expérience, la mesure peut en ce sens être pensée comme une dimension du « drame » du corps en activité toujours tiraillé entre « usage de soi par soi et usage de soi par les autres » (Shwartz, 2000).

Les contributions pourront s’inscrire dans l’un des deux axes suivants.

Le corps, premier étalon et premier instrument : métrologie et cosmologie ou la source des valeurs

Un premier volet implique l’étude de la part active du corps dans le processus métrologique d’étalonnage, de calibrage et de construction d’échelles d’équivalence. Cela invite en particulier à des propositions historiques et/ou anthropologiques concernant la diversité des mobilisations du corps comme premier étalon dans les métrologies non-métriques. En effet, ce n’est pas seulement par une supposée proportionnalité des membres humains que la coudée mesure le tissu qu’elle plie, le pas la distance qu’il parcourt, le pied les rangs de pommes de terre qu’il sème. Au contraire, comme le montrent les travaux séminaux de Wiltod Kula (1984), cet imaginaire de la proportionnalité corporelle trouve son fondement dans une identité entre activité de production et d’évaluation. Si le corps est la source première de la mesure, c’est d’abord parce qu’il est, selon la formule maussienne, « le premier instrument technique » par lequel l’homme humanise le monde qu’il habite. Mesurer et produire sont deux dimensions d’une même activité de valorisation. C’est cette continuité entre le corps créateur et le corps étalon qu’il s’agira de questionner. Les contributions pourront ainsi donner à voir la façon dont les valeurs « cosmologiques » attribuées à un geste ou à un engagement corporel pour leur « productivité » se répercutent sur la genèse d’unités de mesure. Ainsi, dans les sociétés guerrières amérindiennes étudiées par Danielle Dehouve (2014), la représentation de l’empan comme synecdoque du geste de capture de l’ennemi en fait tout à la fois le support de rituels cosmologiques et l’unité de base pour mesurer le monde.

 Nous invitons à poursuivre cette perspective au-delà des terrains de la mesure « non-métrique » et à interroger la place de l’activité corporelle dans les métrologies « modernes ». Il s’agira pour cela de dépasser le dualisme schématique opposant une métrologie « prémoderne » « incorporée » et une métrologie « rationnelle » « decorporeisée ». Les propositions pourront inscrire leur réflexion dans l’attention renouvelée des sciences sociales pour la gestuelle et la sensibilité dans le travail technique et scientifique (Bert et Lamy, 2021). Il sera ainsi possible d’interroger le rôle de la valorisation sociale d’un geste ou d’une expérience physique dans l’émergence des métrologies scientifiques. Dans ce cadre, la valorisation morale du geste de la pesée a été essentielle dans la révolution chimique (Bensaude et Stengers, 2001), celui de l’auscultation dans l’émergence des techniques d’enregistrement graphique en physiologie (Chadevarian, 1993). Plus généralement, en suivant l’approche ouverte par Shaffer (2015), les propositions pourront insister sur le rôle que la mise en scène de la précision métrique joue pour la valorisation du geste scientifique et/ou technique comme mise en ordre du monde. Le domaine de l’architecture et du design peut être à ce propos particulièrement intéressant. En effet, si la référence corporelle demeure essentielle pour la conception des proportions du bâti et du mobilier, ce n’est pas seulement pour la persistance du modèle vitruvien. Cela tient plutôt à l’importance pour la conception architecturale de penser une continuité entre bâtir et habiter, entre le fait de construire un espace ordonné et celui d’intégrer le corps en action dans l’ordre de l’espace. On peut penser à ce propos à l’importance des réflexions sur l’activité d’habiter dans la démarche du Modulor de Le Corbusier ou au rôle de la question de la fluidité gestuelle dans la conception du mobilier de bureau (Pillon, 2019).

Usages du corps, usages de la mesure : sensibilité et standard ou l’appréciation des valeurs

Le deuxième axe concernera plus spécifiquement les continuités entre usages sociaux du corps et de la mesure. Dans toute activité sociale, le corps est en effet mobilisé comme support d’une appréciation métrique du monde : les artisans « sentent » la résistance de la matière, les ouvriers apprécient par l’ouïe le niveau d’usure d’une machine, les thérapeutes palpent. Il s’agit là de mobilisations du corps qui sont apprises, transmises, professionnellement valorisées et consacrées. Toutefois, ces usages sociaux du corps ont progressivement demandé des instruments et des protocoles standardisés d’évaluation pour coupler l’organisme dans ce rôle, dans un processus d’exo-somatisation des fonctions métriques. Ces instruments ont à leur tour impliqué un apprentissage et une incorporation qui parfois se greffent sur les usages métriques du corps et parfois s’y substituent. Dès lors quelle dialectique se fait jour entre usage métrique du corps et usage par le corps des instruments métriques ? Comment l’introduction d’instruments de mesure modifie-t-elle les engagements sensoriels dans les activités professionnelles et/ou quotidiennes ? Les contributions pourront à ce propos se pencher sur l’introduction d’instrument et standards métriques dans des activités mobilisant la sensométrie. Cela permettrait de penser la complexité des rapports entre usage métrique du corps et usage corporel des métriques tel que l’a fait Bernasconi (2020) dans sa recherche historique sur la diffusion de pendules pour la mesure du temps de cuisson à la fin du XVIIe siècle. Les auteurs pourront également rendre compte de processus de transmission des savoir-faire métriques, en montrant la dialectique entre l’apprentissage sensible de l’appréciation et l’acquisition de savoirs métrologiques formalisés. À ce propos des recherches sur les usages contemporains du numérique pour la conservation et la transmission de savoir-faire « traditionnels » seraient particulièrement bienvenues.

L’usage du corps est également pensable en rapport aux métrologies économiques. En effet, c’est toujours dans l’expérience physique de l’effort que l’on reconnait de manière spontanée le rapport entre la dépense et le gain (Vatin, 1993). Ce ratio économique spontané se transforme par les significations plurielles (morales, sociales, esthétiques…) que l’effort ressenti peut prendre au cours de l’action. Toutefois, tout usage social du corps doit s’appuyer sur des critères stables pour réguler des efforts singuliers selon des principes de rationalité sociale (rémunération, classement, contrôle hygiénique…). Comment la métrologie spontanée de l’effort fonde-t-elle les évaluations et les valorisations sociales ? et vice-versa comment ses critères d’évaluation produisent-ils les conditions pour de nouvelles expériences de l’effort ? Les recherches sur le self-tracking de l’activité physique ont à ce propos largement abordé le rôle ambivalent que la mobilisation de ratios métriques peut avoir sur l’expérience subjective de l’effort (Quidu, Ambrosini, 2022 ; Saraceno, 2022). Les contributions pourront repérer ces tensions dans d’autres contextes, professionnels, ordinaires ou sportifs, qui ne sont pas forcément en rapport avec la diffusion d’instruments numériques d’automesure. Les propositions pourront également étudier l’influence de nouvelles expériences sensibles de l’effort dans l’évolution des échelles et des instruments d’évaluation des activités sociales. Par exemple, l’expérience esthétique et mystique de l’alpinisme à la fin du XIXe siècle a été essentielle au perfectionnement de la spirométrie comme instrument de mesure scientifique et professionnelle de l’effort (Felsh, 2007 ; Saraceno, 2020). Symétriquement, les auteurs pourront étudier le rôle des repères métriques formalisés dans l’émergence de nouveaux ressentis corporels de l’effort. L’histoire de l’ergonomie, depuis les premiers travaux d’Armand Imbert (Vatin, Le Bianic, 2004), est à ce propos riche d’exemples de mesures qui ont permis de donner à voir l’expérience intime de l’effort, lui permettant d’être ainsi reconnue et revendiquée.

Les propositions de contributions pourront à la fois :

  • rendre compte de recherches empiriques sur des pratiques métrologiques et corporelles spécifiques ;
  • proposer une réflexion générale sur le rapport entre corps et mesure à partir de la confrontation de différents terrains et de l’analyse réfléchie de la littérature ;
  • proposer une réflexion épistémologique sur l’articulation corps-mesure-activité dans le discours des sciences humaines et sociales.

Modalité de soumission

Il est attendu des auteur·trices une proposition argumentée d’environ 5 000 signes (espaces et notes comprises) qui devra être envoyée au plus tard le 15 mars 2024. Elle précisera l’objet et le questionnement de recherche, les données et la méthodologie mobilisées, comme les enseignements tirés, afin de faciliter le travail d’arbitrage.

Cette note d’intention doit être adressée aux deux coordinateurs du numéro : Marco.Saraceno [at] univ-paris1.fr ; barthelemy.durrive [at] ens-lyon.fr

La sélection des propositions sera communiquée aux auteurs·trices en avril 2024. La remise des articles rédigés (entre 25 000 et 35 000 signes espaces compris) est ensuite fixée au 31 Juillet. Les évaluations des textes en double aveugle seront retournées aux alentours du 30 Septembre. Enfin, les versions finales des articles acceptés seront attendues pour le 30 novembre 2024. La parution du numéro 51 « Le corps actif de la mesure » est prévue pour Juin 2025.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d’OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.

Bernasconi, G. (2020). « Temps et cuisine, XVIIe-XVIIIe siècle ». Material Histories of Time: Objects and Practices, 14th-19th Centuries, 173-186.

Bert J. F., Lamy J. (2021), Voir les savoirs. Lieux, objets et gestes de la science, Paris, Anamosa.

Bensaude-Vincent, B. & Stengers, I. (2001). 14. Une révolution en balance. Dans : B. Bensaude-Vincent & I. Stengers (Dir), Histoire de la chimie (pp. 111-121). Paris: La Découverte.

Chadevarian, (S. de) (1993), « Graphical Method and Discipline: Self-Recording Instruments in XIXth Century Physiology », Studies in the History and Philosophy of Science, 24(2), p. 267–291.

Dehouve (2014), « Les mesures corporelles dans les rituels mexicains », Ateliers d’anthropologie [Online], 40 | 2014.

Felsch P. (2007), Laborlandschaften. Physiologische Alpenreisen im 19. Jahrhundert. Wallstein, Göttingen.

Kula W. (1984), Les mesures et les hommes. Paris, Éditions de la Maison des. sciences de l’homme.

Le Bianic T. et Vatin F. (2004), « Armand Imbert (1850-1922), la science du travail et la paix sociale », Travail et Emploi.

Pillon T. (2019), « Le mobilier de bureau, une mesure déléguée », e-Phaïstos, VII-1 | 2019.

Quidu M. & Favier-Ambrosini B. (2022) Quelles expériences intimes et pratiques effectives de la course à pied quantifiée ?, Loisir et Société / Society and Leisure, 45 :3, 506-549.

Saraceno, M. (2020). Moteur humain et premier instrument : le corps qui « marche » dans l’œuvre d’Angelo Mosso. Movement & Sport Sciences, 108, 49-59.

Saraceno M. (2022) L’a-rationalité de l’auto-quantification des efforts physiques. Enquête sur la diffusion d’instruments de self-tracking dans les pratiques de course et marche rapide à visée d’entretien de soi, Loisir et Société / Society and Leisure, 45 :3, 466-48.

Schaffer S. (2015). « Les cérémonies de la mesure. Repenser l’histoire mondiale des sciences », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 70, no. 2, p. 409-435.
DOI : 10.1353/ahs.2015.0051

Schwartz Y., (2000). Le paradigme ergologique ou un métier de philosophe. Toulouse, Octarès.

Vatin F. (1993), Le travail, économie et physique, 1780-1830. Paris, PUF.

Vigarello G. (2014). Le Sentiment de soi. Histoire de la perception du corps (XVIe-XXe siècle). Le Seuil.

AAC- Modalités sensibles du connaître dans le care

Revue d’Anthropologie des Connaissances

Dossier coordonné par Fabienne Malbois (HETSL et UNIL) et Alexandre Lambelet (HETSL)

Cet appel à articles a pour objectif de susciter une interrogation renouvelée sur la connaissance sensible, dans tous les sens du terme, qui s’élabore dans le déploiement de situations dans lesquelles les individus, directement empêtrés en raison des activités de care qu’ils mènent au titre de leur profession ou de tout autre pratique experte, agissent comme des « méthodologues pratiques » (Garfinkel, 2007, pp. 284-286). Plus précisément, il s’agira de se demander comment et à quels titres des modalités sensibles du connaître sont liées aux enquêtes au moyen desquelles les acteurs sociaux résolvent les problèmes rencontrés dans le cours même de leurs activités de care, des enquêtes qu’ils mènent à toutes fins pratiques, en vue de découvrir le prochain geste qu’il convient de réaliser ou la bonne conduite qu’il convient d’adopter (Dewey, 1993).

Aujourd’hui, la notion de care fait partie du vocabulaire familier des sciences sociales. Elle fédère autour d’un objet commun de nombreuses disciplines ou studies (philosophie morale, sociologie, anthropologie, sciences de l’éducation et du travail social, études des sciences et des techniques, études de genre, etc.), et continue de donner lieu à un nombre foisonnant de travaux. Le mérite en revient en grande partie à Joan C. Tronto, dont le travail a « révolutionné » les sciences sociales (Mol, 2008 ; Mol, Moser & Pols, 2010). En effet, son ouvrage majeur et désormais classique, Moral Boundaries. A Political Argument for an Ethic of Care (Tronto, 1993), a contribué à mettre en lumière aussi bien la centralité méconnue du travail de soin dans l’organisation des sociétés contemporaines que sa distribution inégale, le genre œuvrant comme un vecteur majeur de différentiation.

Loin de rapporter le care à un ensemble de bons sentiments propres à une morale féminine, Tronto a insisté sur la dimension matérielle du care (Garrau & Le Goff, 2010). Elle a par ailleurs abordé le care de façon générique, c’est-à-dire comme toute activité destinée à maintenir, perpétuer et réparer ce qui participe à la constitution du monde. La politologue américaine nous invite donc résolument à appréhender le care d’abord comme une pratique, et plus précisément comme la prise en charge laborieuse d’un besoin (Molinier, 2013). Toutefois, le type de matérialisme endossé par Tronto pour contrer « la romantisation et sentimentalisation » (Tronto, 2009, p. 163) du care, et ne pas réduire ce dernier à une attitude émotionnelle féminine,oublie que les émotions et les sentiments sont directement connectés aux pratiques de care (Paperman, 2013). C’est pourquoi un tel matérialisme, malgré son intérêt, ne permet guère de poser les questions qui nous intéressent ici. Deux raisons au moins peuvent être invoquées. D’une part, ce matérialisme, qui décompose le care en quatre sous-activités typiques et séquentiellement ordonnées entre elles (« caring about », « taking care of », « giving care », « care receiving »), conduit à embrasser une perspective formelle sur les activités de care. Les examiner dans les « situations existentielles spécifiques » (Dewey, 2011, p. 89) et les environnements particuliers où elles ont lieu, pour décrire via des méthodes ethnographiques ce qui s’y joue quand se présentent un trouble ou une difficulté qu’il faut chercher à élucider ou dénouer, s’avère en quelque sorte hors de propos (Paperman, 2009). D’autre part, ce matérialisme, parce qu’il peine à voir dans les activités de care des conduites affectivo-motrices (Bidet, Quéré & Truc, 2011), fait du sensible une question « stratégiquement dangereuse » (Tronto, 2011, p. 52), toujours susceptible de rabattre le care sur le féminin, le sentimental, la morale et le privé. C’est pourquoi, d’ailleurs, ce matérialisme s’accompagne nécessairement d’un psychologisme (Malbois, soumis) : pour Tronto, si elle n’était pas empreinte d’une disposition personnelle au soin, la prise en charge d’un besoinne serait en effet qu’un travail comme un autre, et ne pourrait donc se faire valoir comme du care.

Pour éviter ces impasses, les auteurs et autrices du présent numéro sont invitées à concevoir les activités de care, que celles-ci s’exercent à l’endroit d’autres personnes, de choses, de vivants non-humains ou encore de tout élément qui participe de l’environnement social, matériel ou naturel, à partir d’une approche nourrie par les apports du pragmatisme. En ce sens, le care renvoie à une vaste gamme d’activités dans lesquelles les individus se tiennent dans un double rapport de passivité et d’activité vis-à-vis des objets de leur concernement (Cefaï, 2019), allant d’éprouver de la sollicitude ou de l’inquiétude à faire preuve de bienveillance, porter de l’intérêt à, se soucier de, prendre soin, faire attention à, prendre en compte ou encore porter secours, voire chérir (Dewey, 1989). Impliquant à différents degrés une dimension affectivo-motrice publiquement observable, de telles activités désignent alors les comportements par lesquels l’on cherche, non sans efforts, à faire advenir quelqu’un ou quelque chose, à en prolonger l’existence, ou encore à maintenir, sinon réparer, voire susciter, les conditions qui lui sont favorables (Dewey, 2011).

Ainsi comprises, les activités de care manifestent la valeur que l’on confère à quelqu’un ou quelque chose (Quéré, 2017). C’est du reste essentiellement sous l’angle des attachements, à savoir de ce à quoi nous tenons et par quoi nous tenons, qu’elles ont été étudiées jusqu’ici par les auteurs qui se réfèrent peu ou prou à cette approche (Hennion & Vidal-Naquet, 2015 ; Denis & Pontille, 2022). En conséquence, les modalités sensibles par lesquelles une situation est soumise à l’enquête en vue d’identifier les sources d’une gêne, d’un mal-être ou d’une nuisance, mais aussi d’interpréter les signes d’une contrariété, d’un besoin ou d’une détérioration, ou encore de supprimer les raisons d’un inconfort ou d’une résistance, sont demeurées largement non questionnées. Et ce n’est que tout récemment, à la faveur d’un intérêt grandissant pour les sens (Howes, 1991 ; Vannini et al., 2012 ; Gibson & vom Lehn, 2021 ; Lima, Pillon & de Verdalle, 2023), et d’une curiosité ravivée pour la dimension corporelle des dynamiques interactionnelles et de l’organisation des conduites (Meyer et al., 2017), que les modalités sensibles des activités de care ont commencé à retenir l’attention, donnant lieu notamment à l’étude de situations dans lesquelles interviennent des sage-femmes, des infirmières et des physiothérapeutes (Nishizaka, 2017, 2020 ; Grosjean et al., 2021 ; Keel & Caviglia, 2023).

Les nombreuses pistes d’analyse ouvertes par les ethnographies des sens (Pink, 2009 ; Grosjean & Matte, 2021) restent cependant à développer et à enrichir en se penchant sur l’ensemble des activités comportant, à un titre ou à un autre, une dimension de care. Dans le cadre de cet appel, nous retenons des travaux d’ores et déjà engagés les deux principaux acquis suivants. En premier lieu, l’appréhension de l’expérience et de la perception depuis une approche écologique (Gibson, 2014 ; Ingold, 2000) a fait redécouvrir, bien après les travaux des philosophes pragmatistes, John Dewey (2010) et George H. Mead (1997) en particulier, la vaste gamme des phénomènes que conjuguent les sens, y compris quand les activités de care sont médiatisées par des technologies, de visualisation dans le cas des médecins légistes (Schnegg et al., 2023), ou de diagnostics assistés par des système digitaux dans le cas de médecins généralistes ou d’anesthésistes (Malsen, 2017) : le sensible bien sûr, mais aussi le sensoriel, l’émotionnel et le sensuel (Peroni & Roux, 2006 ; Dant, 2010 ; Bessy & Chateauraynaud, 2014 ; Breviglieri, 2020 ; Malbois, 2022). En deuxième lieu, l’étude, dans le sillage de l’anthropologie linguistique de Charles Goodwin ou de la phénoménologie de la perception de Maurice Merleau-Ponty, des spécificités de la connaissance sensible en contexte professionnel ou expert (Strati, 2007 ; Grosjean, 2014), dans l’exercice de travaux de conciergerie (Sormani, Strebel & Bovet, 2015) ou de réparation d’automobiles (Dant, 2010) par exemple, a montré les logiques d’imbrication de la multi-sensorialité (Lauwrens, 2019 ; Mondada, 2021 ; Pentimalli & Gobo, 2023), ainsi que la nature intrinsèquement intersensorielle des situations (Pecqueux, 2012), et ceci même quand une dimension, le sonore par exemple, prédomine.

Toutefois, en dépit de leur immense intérêt, ces travaux poussent à traiter l’action conjointe qui se développe dans et à travers le care surtout au niveau de l’organisation endogène des activités pratiques, au risque de négliger une autre voie d’investigation pourtant elle aussi possible. C’est dans cette voie alternative, qui consiste à aborder les activités de care à partir des transactions entre des corps et leur(s) environnement(s), que cet appel voudrait résolument s’orienter. Dans la mesure où la connaissance sensible qui procède des enquêtes menées par les acteurs sociaux dès lors qu’il s’agit de prendre soin, de faire attention, de prendre en compte voire de chérir, est tout à la fois corporelle, procédurale et écologique, cette voie nous paraît en effet la plus prometteuse et la plus heuristique.

Ainsi entendue, la connaissance sensible est organisée par une réflexivité pratique (Hennion, 2009), et prend appui sur « une façon de sentir » qui se développe dans l’expérience longue et étroite d’une pratique ou d’un milieu (Ingold, 2013). Plus précisément, cette connaissance non intellectualisée prend forme dans des savoir-faire, des gestes et des arts de faire propres au care, que les contributions à ce numéro sont invitées à étudier plus avant, en se rapportant aux sens comme à des moyens de connaissance (Simmel, 1999) à partir desquels les acteurs sociaux participent directement aux événements dans l’environnement alentour, notamment pour résoudre, via l’analyse méthodique des situations, les problèmes pratiques qu’ils rencontrent (Dewey, 1993), par exemple quand le handicap ou la maladie troublent les appuis ordinaires de l’interaction (Malbois, Tremblay & Lambelet, à paraître). Car le sensible, loin de faire médiation entre le sujet et le monde qu’il perçoit, configure une expérience immédiate pourvue de sa propre facticité (Benoist, 2013), et institue un champ de perception doté de sa propre organisation locale (Bezemer & Kress, 2014 ; Due, 2021). Ainsi, quand l’aide-soignante regarde Paul Caucuse au moment de lui proposer d’effectuer la toilette du matin, c’est de la tristesse et non des traits qui se plissent vers le bas qu’elle voit dans le visage du vieux monsieur. Une tristesse qu’elle va s’attacher à faire disparaître, pour que le soin se passe au mieux, en passant une musique qu’il apprécié et qui saura, comme son expérience le lui a appris, à faire retrouver sa bonne humeur au résident atteint de démence.

Aussi, dès lors qu’il est intégré à une activité de care publiquement observable, dotée d’une dimension affectivo-motrice et caractérisée par le doute, la perplexité, un embarras ou une gêne, le sensible doit être appréhendé comme un faire, et plus précisément comme un « faire-savoir », dont le matériau est à prendre pour ce qu’il est, à savoir un matériau émotif, sensuel, audible, visible, haptique, etc. (Lynch et Eisenmann, 2022). C’est pourquoi, d’ailleurs, les savoirs sensibles qui résultent des activités de care ne sauraient être saisis depuis des théories représentationnelles de la connaissance, qui accordent le primat à la cognition et au discursif (Austin, 2007 ; Travis, 2004 ; Ingold, 2000).

Issues d’horizons disciplinaires variés, les contributions à ce numéro articuleront enquête empirique d’orientation ethnographique sur des cas précis (avec une large place accordée à l’observation) et réflexions théoriques. Pour autant que le care soit pensé depuis l’approche pragmatiste indiquée (Dewey, 2011 ; Bidet, Quéré & Truc, 2011), toutes sortes d’activités, médiatisées ou non par des technologies, peuvent être traitées, des plus convenues (métiers du social, du soin et de l’éducation, travaux domestiques, d’entretien ou de maintenance, etc.) aux moins conventionnelles (activités agricoles ou de jardinage par exemple, y compris dans un cadre privé ou communautaire), voire encore aux plus inattendues (occupations de loisirs ou activités militantes, entre autres). C’est dire que les activités ethnographiées, au-delà de leur diversité, auront pour point commun d’être des activités au travers desquelles les acteurs sociaux manifestent concrètement, à travers leurs modes de conduites, leurs manières d’agir et leurs attitudes, qu’ils portent une vive et intense attention aux vivants, humains ou non, aux choses ou à des portions de l’environnement social, matériel ou naturel, dans la perspective d’en assurer la conservation ou d’en prolonger l’existence.

Attentives aux différents savoirs sensibles qui se développent dans les enquêtes pratiques imbriquées dans des activités de care ainsi conçues, les contributions sont encouragées, parmi d’autres axes d’interrogation possibles, à aborder les questions suivantes, de manière non-exclusive et selon des combinaisons laissées à l’appréciation des autrices et auteurs.

Quelles formes d’enquête sont à l’œuvre quand, dans les activités de care, le faire relève du sensible ? Au-delà de la partition, fort commode, entre enquête scientifique et enquête du sens commun (Dewey, 1993 ; Schütz, 1953), et quand bien même ces dernières seraient envisagées dans une logique de continuité-discontinuité, est-il possible d’identifier, dans les activités de care, d’autres façons de produire des connaissances directement indexées au corps, dans ses dimensions sensuel, sensoriel et émotionnel ? Peut-on dire, par exemple, que la marche, le tâtonnement, l’exploration ou encore l’écoute relèvent, à l’instar de l’observation dans son lien à l’œil, des enquêtes situées adossées aux cinq sens ? Et comment les technologies, de visualisation notamment, qui étendent la capacité des organes sensoriels transforment-elles les modalités de l’enquête ? Prennent-elles toujours le pas sur les ancrages corporels proximaux et sur l’expertise due à une maîtrise particulière et de « première main » de l’environnement dans lequel l’on est immergé ?

Comment les différentes modalités du sensible s’articulent-elles au connaître dans le care ? Si l’ocularocentrisme, symbole de la pensée occidentale moderne, est suspecté de voiler la pluralité et la consistance des pensées pratiques qui s’épanouissent dans l’exercice d’une activité de care professionnelle ou experte, toucher ou entendre, dans les cas où les organes des sens n’ont pas perdu leur capacité à percevoir, ne vont-ils pas toujours avec un voir ? Et si tel est le cas, quel(s) rôle(s) l’œil prend-il ? Est-il le sens qui assiste, qui relie, qui témoigne, qui s’inquiète, qui fait voir ou regarde, qui décide ou encore qui examine avec attention ? Et qu’en est-il de la main et de l’oreille, ces organes sont-ils toujours les perdants de la hiérarchie des sens ? Par ailleurs si, dans le care le sensible fait et que l’on fait-savoir avec le sensible, y a-t-il des sens plus à même de subir et de pâtir ? Enfin, l’invisible étant un jeu sur le visible (Tassin, 2012), y-a-t-il dans le care des sens qui font voir ou sentir plus que d’autres ?

Comment, dans le care, le passage du sensible au cognitif s’opère-t-il ? Parce que la vulnérabilité, la fragilité, l’incertitude et la dégénérescence caractérisent les situations où le care s’exerce, le sensible est son principal régime d’expérience. Mais hors de ce corps à corps premier, le partage et la mise en commun des connaissances sensibles nécessitent souvent la mise en discours de ce qui a été vu, entendu ou touché en première personne. Comment s’opère le passage du sensible au cognitif ? Les différents acteurs qui participent à une situation de soin sont-ils tous concernés de la même manière par ce passage ou par le départage entre le sensible et le cognitif ? Qu’est-ce qui résiste à l’épreuve du jugement, et comment, au sein de cette économie entre sensible et cognitif, se pose la question éthique ? Enfin, comment l’ethnographe peut-il rendre compte en troisième personne de connaissances pratiques qui se donnent, fondamentalement, à la première (Genard, 2020) ?

Modalités de soumission

Cet appel à articles suit une procédure accélérée. Les textes complets des articles, au format de la Revue d’Anthropologie des Connaissances (maximum 65’000 signes), sont à soumettre en ligne sur le site de la revue avant le 31 mai 2024 : http://rac.inra-ifris.org/index.php/rac/login?source=%2Findex.php%2Frac%2Fuser

Les auteurs et autrices peuvent éventuellement contacter les éditeurs invités du numéro avant de soumettre leur article : Fabienne Malbois (Fabienne.Malbois@hetsl.ch) et Alexandre Lambelet (Alexandre.Lambelet@hetsl.ch).

Bibliographie

Austin, J. (2007 [1962]). Le langage de la perception. Paris : Librairie Philosophique J. Vrin.

Benoist, J. (2013). Le bruit du sensible. Paris : Cerf.

Bessy, C. & Chateauraynaud, F. (2014). Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception. Editions Petra.

Bezemer, J. & Kress, G. (2014). Touch: A Resource for Making Meaning. The Australian Journal of Language and Literacy, 37(2), 77-85. https://doi.org/10.1007/BF03651935
DOI : 10.1007/BF03651935

Bidet, A., Quéré, L. & Truc, G. (2011). Ce à quoi nous tenons. Dewey et la formation des valeurs. Dans J. Dewey. La formation des valeurs (pp. 5-64). Paris : Les empêcheurs de penser en rond/ La Découverte.

Breviglieri, M. (2020). Fertilités : Sur les chemins de collecte des femmes oasiennes (univers végétal, résonateurs cosmiques, soins collectifs). Anthropologie et Sociétés, 44(1), 25-52. https://doi.org/10.7202/1072767ar
DOI : 10.7202/1072767ar

Cefaï, D. (2019). Les problèmes, leurs expériences et leurs publics : Une enquête pragmatiste. Sociologie et sociétés, 51(1‑2), 33-91. https://doi.org/10.7202/1074730ar
DOI : 10.7202/1074730ar

Dant, T. (2010). The Work of Repair: Gesture, Emotion and Sensual Knowledge. Sociological Research Online, 15(3). http://www.socresonline.org.uk /15/3/7.html>

Denis, J. & Pontille, D. (2022). Le soin des choses. Politiques de la maintenance. Paris : La Découverte.

Dewey, J. (1989). The Field of “Value”. Dans J. A. Boydston, H. Furst Simon & R. W. Field (eds). The Later Works, 1925-1953. (Vol. 16 (1949-1952), pp. 343‑357). Southern Illinois University Press.

Dewey, J. (1993 [1938]). L’enquête du sens commun et l’enquête scientifique. Dans Logique. La théorie de l’enquête (pp. 12-142). Paris : PUF.

Dewey, J. (2010 [1934]). L’art comme expérience. Paris : Gallimard.

Dewey, J. (2011). La formation des valeurs. Paris : Les empêcheurs de penser en rond, La Découverte.

Due, B. L. (2021). Distributed Perception: Co‐Operation between Sense‐Able, Actionable, and Accountable Semiotic Agents. Symbolic Interaction, 44(1), 134‑162. https://doi.org/10.1002/symb.538
DOI : 10.1002/symb.538

GarfinkeL, H. (2007 [1967]). « Passer » ou l’accomplissement du statut sexuel chez une personne « intersexuée ». Dans Recherches en ethnométhodologie (pp. 203‑295). Paris : PUF.

Garrau, M. & Le Goff, A. (2010). Care, justice et dépendance. Introduction aux théories du Care. Paris : PUF.

Genard, J.-L. (2020). Une sociologie des émotions “modo aesthetico”?. Dans L. Kaufmann & L. Quéré (éd.). Les émotions collectives : En quête d’un objet impossible (Raisons Pratiques) (pp. 171‑203). EHESS. https://doi.org/10.4000/books.editionsehess. 29454

Gibson, J. J. (2014 [1986]). Approche écologique de la perception visuelle. Editions Dehors.

Gibson, W. & vom Lehn, D. (eds) (2021). The Senses in Social Interaction. Symbolic Interaction, 44(1). Wiley. https://doi.org/10.1002/symb.539
DOI : 10.1002/symb.539

Grosjean, S. (2014). Étudier la dimension sensible des savoirs produits en contexte de travail. Études de communication, 42, 47‑62. https://doi.org/10.4000/edc.5796
DOI : 10.4000/edc.5796

Grosjean, S., Matte, F. & Nahon‐Serfaty, I. (2021). “Sensory Ordering” in Nurses’ Clinical Decision‐Making: Making Visible Senses, Sensing, and “Sensory Work” in the Hospital. Symbolic Interaction, 44(1), 163-182. https://doi.org/10.1002/symb.490
DOI : 10.1002/symb.490

Grosjean, S. & Matte, F. (eds) (2021). Organizational Video-Ethnography Revisited. Making Visible Material, Embodied and Sensory Practices. Palgrave Macmillan.

Hennion, A. (2009). Réflexivités. L’activité de l’amateur. Réseaux, 153(1), 55-78. https://doi.org/10.3917/res.153.0055
DOI : 10.3917/res.153.0055

Hennion, A. & Vidal-Naquet, P. A. (2015). « Enfermer Maman ! » Épreuves et arrangements : Le care comme éthique de situation. Sciences sociales et santé, 33(3), 65‑90.
DOI : 10.1684/sss.2015.00304

Howes, D. (1991). The Varieties of Sensory Experience. A Sourcebook in the Anthropology of the Senses. University of Toronto Press.

Ingold, T. (2000). The Perception of the Environment. Essays on livelihood, dwelling and skill. Routeldge.
DOI : 10.4324/9781003196662

Ingold, T. (2013). Marcher avec les dragons. Zones sensibles.

Keel, S. & Caviglia, C. (2023). Touching and Being Touched During Physiotherapy Exercise Instruction. Human Studies. https://doi.org/10.1007/s10746-023-09675-5
DOI : 10.1007/s10746-023-09675-5

Lauwrens, J. (2019). Seeing Touch and Touching Sight: A Reflection on the Tactility of Vision. The Senses and Society, 14(3), 297-312. https://doi.org/10.1080/17458927.2019.1663660
DOI : 10.1080/17458927.2019.1663660

Lima, L., Pillon, T. & de Verdalle, L. (2023). Les cinq sens au travail. Introduction. Sociologie du travail, 65(4). https://doi.org/10.4000/sdt.44711
DOI : 10.4000/sdt.44711

Lynch, M. & Eisenmann, C. (2022). Transposing Gestalt Phenomena from Visual Fields to Practical and Interactional Work: Garfinkel’s and Sacks’ Social Praxeology. Philosophia Scientae, 26(3), 95-122. https://doi.org/10.4000/philosophiascientiae.3619
DOI : 10.4000/philosophiascientiae.3619

Malbois, F. (2022). Une forme de vie à l’épreuve de la pandémie. Care et vulnérabilité dans les EMS: Gérontologie et société, 44(168), 79‑94. https://doi.org/10.3917/gs1.168.0079
DOI : 10.3917/gs1.168.0079

Malbois, F., Tremblay, B. & Lambelet, A. (à paraître). Behaving as a Person. Professional’s Arts of Doing when Dealing with Dementia in Nursing Homes. European Social Work Research.

Malbois, F. (soumis). Adverbialiser le care. Une relecture de Joan C. Tronto via la théorie de la valuation de John Dewey. Pragmata.

Maslen, S. (2017). Layers of Sense: the Sensory Work of Diagnostic Sensemaking in Digital Health. Digital Health, 3. https://doi.org/10.1177/2055207617709101
DOI : 10.1177/2055207617709101

Mead, G.-H. (1997). La chose physique. Réseaux, 85, 201-211.

Meyer, C., Streeck, J. & Jordan, J. S. (eds) (2017). Intercorporeality. Emerging Socialities in Interaction. Oxford University Press.
DOI : 10.1093/acprof:oso/9780190210465.001.0001

Mol, A. (2008). The Logic of Care. Health and The Problem of Patient Choice. Routledge, Taylor & Francis Group.
DOI : 10.4324/9780203927076

Mol, A., Moser, I. & Pols, J. (eds) (2010). Care in Practice. On Tinkering in Clinics, Homes and Farms. Transcript Verlag.
DOI : 10.1515/transcript.9783839414477

Molinier, P. (2013). Le travail du care. La Dispute.

Mondada, L. (2021). Orchestrating Multi‐sensoriality in Tasting Sessions: Sensing Bodies, Normativity, and Language. Symbolic Interaction, 44(1), 63-86. https://doi.org/10.1002/symb.472
DOI : 10.1002/symb.472

Nishizaka, A. (2017). The Perceived Body and Embodied Vision in Interaction. Mind, Culture, and Activity, 24(2), 110‑128. https://doi.org/10.1080/10749039.2017.1296465
DOI : 10.1080/10749039.2017.1296465

Nishizaka, A. (2020). Multi-Sensory Perception during Palpation in Japanese Midwifery Practice. Social Interaction. Video-Based Studies of Human Sociality, 3(1). https://doi.org/10.7146/si.v3i1.120256
DOI : 10.7146/si.v3i1.120256

Paperman, P. (2009). D’une voix discordante : Désentimentaliser le care, démoraliser l’éthique. In P. Molinier, S. Laugier & P. Paperman (éd.). Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité (pp. 89‑110). Petite bibliothèque Payot.

Paperman, P. (2013). Care et sentiments. Paris : PUF.
DOI : 10.3917/puf.paper.2013.01

Pecqueux, A. (2012). Les affordances des événements : Des sons aux événements urbains. Communications, 90(1), 215-227. https://doi.org/10.3917/commu.090.0215
DOI : 10.3917/commu.090.0215

Pentimalli, B. & Gobo, G. (2023). “Hearing with the Eyes” Visual Hearing in (a Trio) Music Rehearsals. The Senses and Society, 18(3), 254‑272. https://doi.org/10.1080/17458927.2023.2232621
DOI : 10.1080/17458927.2023.2232621

Peroni. M. & J. Roux. J. (éd.) (2006). Sensibiliser : la sociologie dans le vif du monde. Les Editions de l’Aube.

Pink, S. (2009). Doing sensory ethnography. Sage Publications.
DOI : 10.4135/9781446249383

Quéré, L. (2017). Comment « pragmatiser » le champ de la valeur ? Questions de communication, 32, 195‑218. https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.11502
DOI : 10.4000/questionsdecommunication.11502

Schnegg, C., Rey, S. & Dominguez, A. (2023). L’appréhension sensible des corps morts à l’épreuve des techniques d’imagerie post-mortem. Sociologie du travail, 65(4). https://doi.org/10.4000/sdt.44833
DOI : 10.4000/sdt.44833

Schütz, A. (1953). Common-Sense and Scientific Interpretation of Human Action. Philosophy and Phenomenological Research, 14(1), 1-38.

Simmel, G. (1999 [1908]). Excursus sur la sociologie des sens. In Sociologie. Études sur les formes de la socialisation (pp. 629-644). Paris : PUF.

Sormani, P., Strebel, I. & Bovet, A. (2015). Reassembling Repair: Of Maintenance Routine, Botched Jobs, and Situated Inquiry. Tecnoscienza. Itallien Journal of Science and Technologies Studies, 6(2), 41-60.

Strati, A. (2007). Sensible Knowledge and Practice-based Learning. Management Learning, 38(1), 61-77. https://doi.org/10.1177/1350507607073023
DOI : 10.1177/1350507607073023

Tassin, E. (2012). Gygès et les invisibles. Des « disparus » en régime libéral. In Le maléfice de la vie à plusieurs (pp. 189-230). Bayard.

Travis, C. (2004). The Silence of the Senses. Mind, 113(449), 57-94. https://doi.org/10.1093/mind/113.449.57
DOI : 10.1093/mind/113.449.57

Tronto, J. C. (1993). Moral Boundaries. A Political Argument for an Ethic of Care. Routledge.
DOI : 10.4324/9781003070672

Tronto, J. C. (2011 [1987]). Au-delà d’une différence de genre. Vers une théorie du care. Dans P. Paperman & S. Laugier (éd.). Le souci des autres. Éthique et politique du care (Raisons pratiques) (pp. 51‑77). Paris : EHESS.

Vannini, P., Waskul, D. & Gottschalk, S. (eds.) (2012). The Senses in Self, Society and Culture. London: Routledge.